Plus de 40 subsahariens secourus au large de Fuerteventura

L’opération de sauvetage a été déclenchée après que le Centre de coordination des urgences (numéro 112) a reçu un appel de l’un des occupants de cette barque, alertant que l’embarcation se trouvait en danger à cause d’une panne du moteur, en haute mer.

Après des recherches qui ont duré environ cinq heures, les candidats à l’immigration clandestine ont été localisés par un hélicoptère et transbordés ensuite sur un bateau de sauvetage qui les a conduit vers 21h00 au quai de "Gran Tarajal" à Fuerteventura, ont ajouté les mêmes sources.

Parmi les 45 migrants secourus, figurent 12 femmes, 3 d’entre elles enceintes et 6 autres accompagnées de leurs fils, âgés de moins de 3 ans.
Quatre de ces femmes ont dû être évacuées à l’Hôpital général de l’île pour recevoir les soins nécessaires, a indiqué la croix rouge espagnole.

Les autres occupants ont été transférés au Centre d’internement d El Matorall, à Fuerteventura, où sont hébergés plusieurs clandestins entrès de manière illégale aux Iles Canaries.
Deux cent cinquante immigrants clandestins subsahariens avaient été interceptés lundi à bord de trois embarcations à leur arrivée aux côtes de l’archipel.

La première pirogue, qui a quitté la Guinée-Bissau depuis dix jours, a débarqué dans la nuit sur une plage de l’île de Ténérife avec 83 personnes à bord.
Une deuxième embarcation chargée de 77 subsahariens a été interceptée en haute mer par un bateau et a été remorquée vers le Port de "Los Cristianos", au sud de l’île. Une troisième barque transportant 90 émigrants subsahariens a été également abordée sur les cotes de l’île voisine de la Gomera.

Le délégué du gouvernement aux Iles Canaries, M. Jose Ségura a annoncé mardi la mise en marche du plan élaboré par l’Agence de contrôle et de coordination des frontières extérieures des Etats membres de l’UE "Frontex", visant à empêcher la sortie des cotes africaines des embarcations transportant les clandestins vers l’archipel espagnol.
Selon le gouvernement espagnol, depuis le début de l’année 2006, près de 11.000 immigrants clandestins sont arrivés par voie de mer aux Iles Canaries, soit plus que le record de 9.929 personnes arrivées illégalement durant toute l’année 2002.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *