Plus de vingt mille autorisations de mariage de filles mineures en 2005

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre a ajouté que la hausse des demandes de mariage des personnes n’ayant pas encore atteint l’âge légal du mariage est due à la période de transition coïncidant avec l’entrée en vigueur du nouveau Code de la famille après une longue période durant laquelle la conclusion des mariages de jeunes filles de moins de 15 ans était une pratique courante.
M. Bouzoubaa a ajouté que les juges sont devenus plus sévères lors de l’octroi d’autorisations de mariage pour les mineurs. Le nouveau Code de la famille fixe à 18 ans l’âge légal du mariage tout en offrant, au juge de la famille chargé du mariage, la possibilité de l’autoriser exceptionnellement, aux personnes n’ayant pas encore atteint cet âge.
Répondant à une autre question orale sur "la lutte contre la torture", le ministre de la Justice a indiqué que le Maroc a approuvé et a adhéré à la majorité des conventions et accords internationaux relatifs aux droits humains dont la Convention internationale contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.
Il a ajouté que dans le cadre de l’adéquation de la législation marocaine avec la dite convention, une loi incriminant la torture a vu le jour et dont les articles comportent une définition du crime de la torture ainsi que les peines devant être infligées aux personnes l’ayant pratiquée.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *