Pourquoi ils ont appelé à voter «Oui»

Les ouléma
Les ouléma ont exprimé leur appui au projet de la nouvelle Constitution. Ils se sont dits fiers de la clairvoyance de SM le Roi, Amir Al Mouminine, et de son souci de préserver l’identité islamique et les constantes de la Nation, qui ne sont pas aux antipodes de l’ouverture et de l’aspiration à l’avenir de façon à mettre le Royaume dans le concert des Etats démocratiques. Les ouléma expriment leur appui au contenu du projet de la nouvelle Constitution notamment ses dispositions relatives à l’Islam.

L’AFEM
L’Association des femmes chefs d’entreprises du Maroc (AFEM) votera en faveur du projet de la nouvelle Constitution, qui sera soumis ce vendredi à référendum, a indiqué sa présidente, Fatima Badraoui. Elle a annoncé que son association votera «Oui» pour la nouvelle Constitution qui a pris en considération la totalité des propositions formulées par l’Association, notamment celles relatives à la question du genre, l’égalité des chances et la création d’un mécanisme de promotion de la parité entre homme-femme.

La CGEM
«La CGEM dit «Oui» au projet de Constitution qui sera soumis au référendum ce 1er juillet prochain», a déclaré à Casablanca le président de l’organisation patronale Mohamed Horani. «Nous sommes satisfaits du contenu du projet de Constitution qui a pris en compte la quasi-totalité des propositions de la CGEM», a-t-il dit dans un point de presse initié à l’issue d’un conseil d’administration extraordinaire de la Confédération dédié à l’examen et la discussion du projet constitutionnel.

Les syndicats
La majorité des centrales syndicales les plus représentatives au Maroc ont manifesté leur intention de voter «Oui» au projet de la nouvelle Constitution lors du référendum populaire. Elles estiment que le projet de Constitution a répondu aux attentes de l’ensemble de la société marocaine. Seul le conseil national de la Confédération démocratique du travail (CDT) a décidé de boycotter le référendum.

Les sportifs
Les sportifs seront au rendez-vous avec l’histoire en votant en faveur du projet de la nouvelle Constitution, souligne Nawal El Moutawakel, présidente de l’Association marocaine sport et développement (AMSD). «La constitutionnalisation du sport dans ce projet engage les pouvoirs publics à en assurer le développement, c’est pourquoi l’ensemble des sportifs sont mobilisés pour voter «Oui», le 1er juillet prochain, en vue de permettre au sport d’occuper la place qui lui échoit», a indiqué Mme Moutawakel.

Les banquiers
L’ensemble des membres du Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM) adhère au projet de la nouvelle Constitution. Pour les banquiers, «ce projet ouvre
de nouveaux horizons et de meilleures perspectives pour le peuple marocain et ses générations futures». À cet effet, le Groupement professionnel des banques du Maroc invite ses 33.000 salariés à voter «Oui» en faveur de la nouvelle Constitution.

Chorfas et Zaouias
Les acteurs religieux apportent leur soutien au projet de la nouvelle Constitution et appellent à voter «Oui». La zaouia Seddikia, les chorfas Al Adarissa Al Alayoussefiyine et les adeptes de la zaouia, Les chorfas de la Zaouia Derkaouia, la Tariqa soufie alaouite marocaine et les adeptes de la Zaouia Kadiriya Boutchichia ont appelé à voter en faveur de la Constitution soumise, aujourd’hui, au référendum. Ils ont affirmé que ce projet constitue un pas important vers la consolidation de la réforme.

L’OMDH
L’Organisation marocaine des droits de l’Homme (OMDH) a salué, mercredi 29 juin, dans un communiqué, les nouveautés apportées par le projet de la nouvelle Constitution en matière de consécration des droits de l’Homme. Parmi les points forts enregistrés par l’OMDH figurent la soumission de l’ensemble des pouvoirs et des institutions aux dispositions de la Constitution, la constitutionnalisation des recommandations de l’IER et du principe de la lutte contre l’impunité.

Les artistes
Le Syndicat marocain des professionnels du théâtre considère le nouveau projet de Constitution en tant que consécration des droits de l’Homme et les libertés, et ce à travers une série d’articles clairs et précis. Il s’agit entre autres de l’égalité homme et femme, la liberté d’expression, la liberté de pensée, la pénalisation de la détention abusive, l’enlèvement et la torture. Le syndicat souligne également que ce projet établit un équilibre entre les pouvoirs.

Les amazighs
L’Institut royal de la culture amazighe (IRCAM) considère que l’officialisation de la langue amazighe dans le projet de révision de la Constitution est un événement historique majeur. Dans ce sens, le taux de participation des amazighs sera massif, selon Ahmed Boukkouss, recteur de l’IRCAM. Selon M. Boukkouss, la décision à prendre doit être fondée sur la réalité concrète du pays, non sur une analyse vague et superficielle qui ne prend pas en compte la conjoncture actuelle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *