Programme économique : Nouvelle baisse d’impôt

Programme économique : Nouvelle baisse d’impôt

Le RNI a décliné son programme d’action pour l’après-25 novembre. En son centre, on trouve cette idée maîtresse – bien qu’elle ait été passablement occultée – : le RNI reste fidèle à sa vision de relance par l’incitation fiscale. Après avoir contribué à ramener le seuil de l’impôt sur les sociétés de 35 à 30%, il envisage de le rabaisser à 25%. Mais c’est pour la bonne cause car, fait-on remarquer, une diminution des charges de l’unité de production poussera à la roue de la croissance qui créera de l’emploi. En particulier au profit de ces jeunes qui en réclament en manifestant dans la rue. Au final, en réduisant la charge fiscale de l’entreprise, c’est la paix sociale qu’on obtient, semble dire le parti de Mezouar. Mais les choses sont plus nettement affirmées s’agissant des trois défis que sont la confiance, la dignité et l’essor économique. La confiance, ou plutôt son retour, est perçue par le parti comme celle devant aller aux institutions par la réhabilitation du service public, la lutte contre la dépravation et la corruption ainsi que l’égalité devant les prestations de l’Etat. Pour le RNI, la réalisation de cet objectif exige la consolidation de l’édifice démocratique, un système efficace de gouvernance basé sur la responsabilité et la reddition des comptes, la sécurité dans ses dimensions morale et matérielle, la consolidation de l’égalité genre et celle de la régionalisation. Pour Mezouar et les siens, la dignité est avant tout affaire d’équité et de justice sociale. Elle oblige à sept engagements : une justice autonome, un système d’éducation efficace, le libre accès à des services de santé efficients, une offre de logement appropriée, une lutte contre la pauvreté et la précarité plus incisive, une politique des jeunes plus pertinente et le multilinguisme. Le RNI prône pour que l’effet de la Caisse de compensation soit plus efficace, il faut en dédier la moitié des ressources au soutien des produits et l’autre aux aides directes aux démunis. Sur le plan économique, le RNI décline un objectif de croissance plus qu’ambitieux puisqu’il promet de l’élever de 4,5 à 6%. Il annonce également un taux d’inflation inférieur à 2%, un déficit du budget à moins de 3% et un déficit du compte courant ne dépassant pas les 2%. Pour lui, les piliers qui fondent l’édifice de l’essor économique qui induit ces objectifs sont au nombre de six : l’investissement – public autant que privé -, la régionalisation avancée, le développement du monde rural, l’accroissement des exportations, l’amélioration du niveau de l’emploi et la préoccupation de l’environnement et du développement durable. Processif à maints égards, en particulier parce qu’il préconise un surcroît d’investissements publics et privés, ce programme économique se défend de ne pas avoir le souci de la protection de l’environnement. Il donne à cette préoccupation la même valeur que celles qu’il octroie aux autres objectifs de croissance. Pour les cadres du RNI en effet, l’avenir est un présent.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *