Quand la télé se mettra à parler amazigh

Quand la télé se mettra à parler amazigh

Le Pôle audiovisuel public uni (Papu) s’enrichira d’un nouveau-né : une chaîne de télévision 100% amazighe. Née d’un travail patient mené conjointement par le département de tutelle (ministère de la Communication), l’Institut royal de la culture amazighe (IRCAM) et la Société nationale de radiodiffusion et de télévision (SNRT), cette télévision commencera à émettre à partir du deuxième semestre de l’année 2007. Dans un premier temps, cette chaîne, nommée provisoirement «Tamazight», diffusera ses programmes six heures par jour à partir de 19 heures. Ces programmes se déclineront dans les trois variantes de l’amazigh, en l’occurrence le tachelhit, le tarifit et le tamazight. Toutes les composantes de la culture berbère y seront donc intégrées, représentées et mises en valeur. En mettant dans le pipe ce projet de télévision amazighe, le Royaume aura donné une place à part entière à la culture berbère sur l’échiquier audiovisuel national. Un beau pari, derrière lequel il y a une réelle volonté politique comme nous l’avait souligné le recteur de l’Institut royal de la culture amazighe, Ahmed Boukous. En effet, la création de la télévision «Tamazight» fait partie de plusieurs initiatives destinées à mettre en valeur le patrimoine culturel berbère. Pour rester dans la sphère audiovisuelle, il suffit de rappeler que 30% du volume horaire de la SNRT est déjà consacré à la culture amazighe. En 2006, près de 15 sur une trentaine de téléfilms ont été réalisés ; ceci sans compter la diffusion en amazigh des journaux télévisés, d’émissions, de soirées d’animation… Le projet de télévision amazighe vient ainsi couronner de longs efforts pour que la culture amazighe trouve la place qu’elle mérite sur le paysage audiovisuel national. S’agissant du coût de ce projet, il est actuellement estimé à 50 millions de dirhams. Sur le mode de financement du projet, il sera assuré par le ministère de la Communication, la SNRT et l’IRCAM. Les trois intervenants, représentés dans une commission d’experts, en sont aujourd’hui à la phase du montage financier de cette opération. Après quoi, ils s’attelleront à l’examen des contours du projet, en ce qui concerne notamment la programmation et le contenu des émissions. Sur ce point, l’IRCAM jouera un rôle principal. Seul hic : la question épineuse du manque de journalistes et animateurs spécialisés en langue amazighe. Mais voilà, tous les journalistes amazighophones de la SNRT seront déployés dans cette chaîne qui diffusera ses programmes via la Télévision numérique terrestre (TNT). A signaler que la technologie de la TNT fera son entrée en scène début 2007. Elle est déjà en phase d’expérimentation à Casablanca et Rabat.
La création de la télévision amazighe intervient à la suite de nombreuses initiatives visant à réhabiliter ce patrimoine : installation, il y a cinq ans, de l’Institut royal de la culture amazighe, intégration de l’amazigh dans l’enseignement public…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *