Quand le COS se tranforme en casse…

Les acquéreurs de logements dans les lotissements M’zouga 5 et Aïn Diab 2 risquent l’expulsion définitive de leurs maisons. Ils accusent le COS-ONE d’être à l’origine de tous leurs maux. Ces quelques familles n’ont pas réussi à tenir tête à ce rude adversaire. En principe, le COS est censé leur faciliter la vie.
Alimentés par le budget des établissements auxquels ils sont rattachés, les COS (Comités ou conseils des oeuvres sociales) sont censés fournir un soutien au personnel de l’établissement. Ils ont pour fonction de faire accéder le personnel concerné à la propriété du logement et à des soins médicaux de qualité et aux loisirs. C’est dans ce cadre que sont construits des dizaines de milliers d’appartements, de petites et moyennes villas et pavillons, des centres de vacances en montagnes et dans les villes côtières, ainsi que des polycliniques. Le COS de l’ONE (Office nationale de l’électricité) ne sort pas de la règle.
Officiellement, il assure au personnel des avantages sociaux. Il apporte de l’aide en cas de maladie de longue durée ou en cas de sinistre ; il facilite l’acquisition de la propriété par la mise à la disposition des agents, des logements neufs ; il met à leur disposition une infrastructure de loisirs composée de centres de vacances et organise des voyages pour le personnel et ses ayants-droit.
Pour la réalisation de ces bienfaits, le COS dispose d’une vraie manne céleste. Environ 1% du chiffre d’affaires de l’Office est versé dans les caisses du COS-ONE. Comment est dépensé l’argent du COS ? Que dit la loi ? Qui peut avoir accès au circuit de l’argent du COS? Autant de questions qui n’ont toujours pas trouvé de réponses.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *