Quel avenir pour le Wifak ?

Quel est le sort du Wifak après le rapprochement électoral annoncé par le MNP et le MP ? Ce rassemblement, déjà moribond, a-t-il encore une raison d’être après qu’un de ses membres, le parti de Laenser, eut choisi de faire l’union sacrée avec le mouvement de Aherdan qui, lui, fait partie du gouvernement ? La question mérite d’être posée.
M. Laenser explique que ce processus d’union ne remet nullement en cause la place de son parti dans l’ensemble de droite. Du côté des deux partenaires, l’UC et le PND, on ne soutient pas le contraire : le Wifak existe toujours. Certes, mais cela dépend comment.
Il convient juste de remarquer que le Wifak fut créé dans les années 90 pour coordonner les efforts électoraux de ses membres et de présenter des candidatures communes. Or, force est de constater que les partis concernés n’ont jamais pu placer ne serait-ce qu’un candidat commun aussi bien lors des élections de 1992 que de 1997. Un échec à mettre sur le compte de la mésentente entre ses membres. Ceux-ci n’ont à leur actif, en dehors des professions de foi, aucune manifestation concrète d’une quelconque action commune.
Ils ont raté une autre occasion de démentir l’atonie manifeste qui frappe ladite structure: mettre en place une presse de droite unifiée. Bien sûr, les intéressés objecteront qu’ils ont conjugué leurs forces au plan parlementaire et qu’ils ont fait de la concertation législative…
Mais où est le résultat ? En fait, les composantes du Wifak, crée en vue contrecarrer la Koutla, ont toujours fonctionné ponctuellement au service minimum. Et ce en dehors du dispositif opérationnel de leurs bases communes et produit surtout des communiqués (d’usage) communs sur certaines questions de portée nationale.
Devant le mouvement unioniste et familial esquissé par le MP, le PND et l’UC sont appelés à trouver un moyen pour ne pas rester à la traîne de la dynamique politique en cours. À moins de faire un communiqué commun commentant le rapprochement Laenser-Aherdan…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *