Qu’est-ce que l’Is ?

L’Internationale Socialiste, dont les origines remontent aux premières organisations internationales des mouvements travaillistes, existe sous sa forme actuelle depuis 1951, lorsqu’elle fut rétablie au Congrès de Francfort.
Depuis lors, ses activités ont augmenté considérablement, surtout pendant les dernières années, le nombre de partis et organisations membres doublant au cours des années 90. Les partis travaillistes, sociaux-démocrates et socialistes sont aujourd’hui une force politique significative dans les démocraties du monde entier. Un grand nombre de partis membres de l’Internationale, dans tous les continents, sont actuellement au pouvoir ou bien représentent la force d’opposition principale.
Les organes directeurs suprêmes de l’Internationale sont le Congrès, qui se réunit tous les trois ans, et le Conseil, qui comprend tous les partis et organisations membres, et qui se réunit deux fois par an. Le plus récent Congrès, le XXIème, qui a eu lieu à Paris en novembre 1999, a élu António Guterres, alors sécrétaire général du Parti Socialiste et premier ministre du Portugal, comme président de l’Internationale. Luis Ayala (Chili) a été réélu secrétaire général.
Le Congrès a également élu les vice-présidents qui, conjointement avec le président et le secrétaire général, constituent le Présidium de l’Internationale. Feu Willy Brandt, ancien chancelier de la République fédérale allemande, détenteur du Prix Nobel pour la Paix de 1971, fut président de l’Internationale Socialiste de 1976 à 1992. Pierre Mauroy, ancien premier ministre de France, fut président de 1992 à 1999. Le Secrétariat de l’Internationale Socialiste, situé à Londres, coordonne les activités de l’Internationale, convoque ses réunions et conférences, diffuse des déclarations et des communiqués de presse et produit ses publications, y compris le journal «Socialist Affairs».
L’Internationale a établi pour la période 1999-2002 entre les Congrès, en plus de son Comité statutaire d’administration et des finances, des comités sur des sujets ou des régions, tels que l’Afrique; l’Amérique latine et la Caraïbe; l’Asie et le Pacifique; l’économie, la cohésion sociale et l’environnement; les élus locaux et régionaux; l’Europe centrale et orientale; la Méditerranée; le Moyen-Orient; la paix, la démocratie et les droits de la personne; et des groupes de travail à l’intérieur de certains de ces comités, sur le «pacte de stabilité»; la question kurde; l’accord de Kyoto et l’Organisation mondiale du commerce.
Ces comités ou groupes de travail entreprennent des programmes d’activités précis et se réunissent régulièrement.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *