Rabat et Madrid vont créer des commissariats conjoints pour lutter contre le crime organisé transfrontalier

Rabat et Madrid vont créer des commissariats conjoints pour lutter contre le crime organisé transfrontalier

Le ministre espagnol de l’Intérieur, Alferdo Perez Rubalcaba, vient d’effectuer une visite de travail au Maroc. Durant son bref séjour, il s’est réuni avec son homologue marocain, Chakib Benmoussa, en tête-à-tête d’abord, puis en séance de travail élargie aux principaux responsables de la sécurité des deux pays.
Au terme de cette réunion, les deux parties ont exposé devant un parterre de journalistes, marocains et espagnols, les aspects essentiels de leurs entretiens et se sont félicités mutuellement de l’excellence de la coopération entre les deux pays en ce qui concerne le dossier sécuritaire.
Une coopération qui fonctionne très bien de l’avis de tout le monde et les résultats sont là pour attester de l’efficacité des liens de concertation et de collaboration installés entre les services de sécurité des deux pays notamment dans le domaine de la lutte contre le terrorisme islamiste. Il faut signaler, et l’occasion s’y prête, que cette coopération n’aurait pas été efficiente sans l’initiative audacieuse et courageuse – contestée par certaines voix à l’époque – de l’ancien ministre de la Justice, feu Mohamed Bouzoubaâ à savoir l’installation de juges de relais entre les appareils judiciaires des deux pays. Un juge marocain à Madrid et un juge espagnol à Rabat assurent une meilleure fluidité dans l’échange d’information et permettent plus de célérité dans le traitement des demandes de coopération sur un dossier précis.
C’est le résultat encourageant de cette collaboration qui a inspiré, aujourd’hui, aux deux gouvernements l’idée de se doter d’une structure similaire dans le domaine policier. Un commissariat conjoint à Tanger et un autre à Algésiras. Voilà ce que les deux ministres de l’Intérieur ont convenu de créer. Dans les deux bâtiments, il y aura des policiers marocains et espagnols qui travailleront coude-à-coude pour lutter contre le crime organisé sous toutes ses formes dont le terrorisme. Renseignements, prévention, intervention…etc. tous les aspects de l’action policière feront partie des prérogatives des deux corps conjoints qui seront installés. Une expérience similaire a  déjà fait ses preuves et elle est très bien rodée entre la police espagnole et son homologue française.
Elle constitue une expérience pionnière dans le domaine de l’action sécuritaire conjointe et elle a énormément contribué à l’effondrement de l’appareil armé de l’organisation terroriste basque ETA.
Aujourd’hui, elle servira de modèle pour le projet maroco-espagnol. Elle pourrait l’être aussi pour les polices marocaines et algériennes qui en ont besoin pour mieux synchroniser leur lutte contre le crime organisé transfrontalier. C’est un vœu que partagent leurs homologues espagnols et français. Mais, auparavant, il faudra que les frontières soient ouvertes.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *