RAMED : une nouvelle ère commence

RAMED : une nouvelle ère commence

L’année 2007 sera marquée, au niveau du volet social, par le parachèvement de l’expérience du Maroc en matière de la couverture médicale de base. Après la mise en application de l’AMO (Assurance-maladie obligatoire) au profit des salariés et retraités des secteurs public et privé, le chantier du Régime d’assistance médicale aux économiquement faibles (RAMED) sera enfin lancé en février 2007. La commission multidisciplinaire, qui planche depuis 2005 sur l’étude de ce projet sociétal, destiné aux personnes nécessiteuses qui ne sont pas éligibles au régime de l’AMO et ne disposant pas de ressources suffisantes pour faire face aux dépenses de santé, peaufine la mouture finale relative aux modalités d’application. Les membres de cette commission se penchent actuellement sur l’établissement des critères d’éligibilité et les conditions d’octroi des cartes d’indigence qui permettront aux indigents de bénéficier d’une prise en charge totale des frais de leurs soins. Pour plus de transparence et de crédibilité, la gestion de ces certificats a été confiée au ministère de l’Intérieur, qui les délivrera sur la base des informations recueillies sur les biens et les revenus des personnes. Selon l’Agence nationale de l’assurance-maladie (ANAM), instance de gestion et de régulation du système de la couverture médicale, le nombre des bénéficiaires s’élève à près de 9 millions de personnes. Ces dernières bénéficieront, dans les établissements publics de santé, de la prise en charge des frais relatifs aux prestations médicales.
De ce fait, les soins de santé seront dispensés, au profit de cette population, dans les hôpitaux publics, établissements publics de santé et services sanitaires relevant de l’Etat et non dans les établissements privés (cliniques). Concernant les prestations médicales couvertes par le RAMED, elles comprennent, entre autres, les actes de rééducation fonctionnelle et de kinésithérapie, les analyses de biologie médicale, les actes de médecines générale et chirurgicale ainsi que les médicaments et produits pharmaceutiques administrés pendant les soins. Sont également couverts les soins liés à l’hospitalisation et aux interventions chirurgicales, y compris les actes de chirurgie réparatrice. Cependant, les interventions de chirurgie plastique et esthétique sont exclues de la couverture garantie par le RAMED, à l’exception des actes de chirurgie réparatrice et d’orthopédie maxillo-faciale.
Côté financement, selon les dispositions législatives de la loi réglementant l’assurance-maladie obligatoire de base, les ressources financières de ce régime d’assurance médicale seront assurées principalement par l’Etat et les collectivités locales.
Rappelons que la couverture médicale de base s’inscrit dans le cadre de la nouvelle politique de santé adoptée par le Maroc. L’entrée en vigueur du RAMED permet à notre pays de réaliser une importante avancée. Ce projet concrétise donc l’engagement du gouvernement, qui consacre le principe du droit à la santé pour tous.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *