Réactions

Mohamed Yatim : «Nous refusons le communiqué de la Primature»
«Du point de vue de la méthodologie, le communiqué de la Primature annonçant les mesures du gouvernement va à l’encontre de la méthodologie du dialogue social. Normalement chaque round de dialogue s’achève par un accord entre les syndicats et le gouvernement. Aux termes de cet accord, les deux parties mettent en exergue les points objet d’accord et ceux objet de divergence. Lors d’une réunion récente avec la Primature, nous avons demandé clairement au Premier ministre de nous adresser une copie du communiqué avant sa publication. Ce qui n’a pas été le cas. Le communiqué est ainsi une démarche unilatérale du gouvernement. Il s’agit d’un déclin du dialogue social. Le gouvernement nous a ramené à la période d’avant mai 2008. Concernant le contenu du communiqué, nous ne nions pas qu’il y a eu certains progrès, mais ceci a eu lieu dans des points secondaires uniquement, notamment la suppression des échelles 1 à 4 et l’indemnité pour l’affectation dans des zones éloignées. Le problème c’est que ces mesures ne répondent pas aux principales revendications des travailleurs. Ainsi, nous disons aujourd’hui que nous refusons le communiqué de la Primature.
Le gouvernement n’a fait que réitérer son offre de 2008 qui n’a fait à l’époque qu’accentuer la tension entre le gouvernement et les centrales syndicales».

Abderrahmane Azzouzi : «Nous sommes surpris par le communiqué de la Primature»
«Nous avons été surpris par le communiqué de la Primature qui a été publié lundi soir. Les rounds de dialogue social étaient toujours en cours et n’étaient pas achevés. De plus, plusieurs points concernant le dialogue social n’avaient pas encore été tranchés. Nous devions nous réunir avec le Premier ministre fin décembre, pour justement trouver un terrain d’entente sur les points en suspens. Malheureusement, la Primature a publié le communiqué prématurément. En lisant ce communiqué, on pourrait penser qu’il a été fait en commun accord avec les centrales syndicales, alors qu’il a été fait de manière unilatérale».

Hamid Chabat : «Ces mesures ne sont pas à la hauteur de nos aspirations»
«La position de notre syndicat à l’égard des mesures du gouvernement est claire. Les mesures du gouvernement ne sont pas à la hauteur de nos aspirations. Les mesures prévues par le communiqué de la primature ne constituent pas une nouveauté. C’est un acquis. Nous revendiquons une augmentation générale des revenus. Si on supprime aujourd’hui les échelles de 1 à 4, il faudra également penser à la situation des salariés relevant des échelles 5 à 9.
En fait, le problème c’est le conseil adressé par le wali du Bank Al-Maghrib au gouvernement. Ce conseil a créé une tension entre le gouvernement et les centrales syndicales. Nous disons que l’augmentation générale des salaires va engager 10 MM DH et ne va, ainsi, nullement affecter le budget général de l’Etat. Les salariés vivent dans des conditions précaires et leur pouvoir d’achat est atteint par la cherté du coût de la vie. En plus, le communiqué de la Primature ne devait pas être publié de façon unilatérale. Nous devions être consultés sur son contenu avant sa publication pour être d’accord sur ses points».

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *