Réactions

Mohamed Cheikh Biadillah : «Un changement radical dans l’édification de l’Etat moderne»
Le discours royal du 9 mars 2011 marque un changement radical dans le processus de l’édification de l’Etat moderne et une consécration irréversible des options du projet démocratique et moderniste du Royaume, affirme le Bureau national du Parti Authenticité et Modernité (PAM). Sa Majesté le Roi Mohammed VI a, de nouveau, réaffirmé qu’«Il mène une révolution renouvelée avec son peuple et ses forces vives», en continuant à s’engager activement dans les dynamiques de l’époque moderne et à relever ses défis, souligne le bureau national du PAM dans un communiqué de presse. «Ce discours historique a fait triompher les principes et les valeurs universels de la démocratie, des droits de l’Homme, de la bonne gouvernance et du développement durable, ainsi que les fondements de la Nation et les composantes de l’identité nationale, de même qu’il a tracé une feuille de route claire pour que le modèle créatif marocain puisse prospecter de nouveaux horizons», ajoute le communiqué.

Abdelkrim Benatik : «Un événement historique»
Le Parti travailliste a souligné que le discours royal du 9 mars constitue «un événement historique» et «une réponse à l’ensemble des attentes des forces nationales». Le Parti travailliste, qui n’a eu de cesse de demander l’adoption de ces réformes, estime que le discours royal représente un événement historique et un moment exceptionnel, a affirmé ce parti dans un communiqué, soulignant que ce discours a apporté une réponse à l’ensemble des attentes des forces nationales et progressistes du pays. Pour le Parti travailliste, le discours royal a consacré «le triomphe du Maroc pluriel au sein d’un Maroc solidaire uni». Rendant hommage aux «décisions importantes, audacieuses et courageuses pour le façonnage du Maroc de demain, notamment celles relatives aux amendements constitutionnels et aux réformes politiques globales», le Parti travailliste note également avec «une profonde satisfaction, cette volonté courageuse de procéder à un amendement global des textes constitutionnels».

Abdelilah Benkirane : «La feuille de route d’un Maroc nouveau»
Le discours royal du 9 mars a établi une feuille de route d’un Maroc nouveau, a indiqué, jeudi, le secrétaire général du Parti de la justice et du développement (PJD), Abdelilah Benkirane. «Nous avons procédé, au secrétariat général du parti, à l’évaluation du discours royal, en tant que discours historique qui établit une feuille de route d’un Maroc nouveau, fort de son identité et ouvert sur un avenir démocratique», a souligné M. Benkirane dans une déclaration à la presse. Pour le secrétaire général du PJD, le discours de Sa Majesté le Roi rétablit l’équilibre aux mécanismes de la gestion de la chose publique, et réhabilite les principes de la bonne gouvernance, de façon à favoriser l’émergence d’une nouvelle élite capable de hisser le Maroc à la place qui lui échoit dans le concert des nations.

Mohamed Abyad : «Des signaux forts pour l’ancrage de la démocratie»
Le discours adressé, mercredi soir, par SM le Roi Mohammed VI à la Nation a comporté nombre de signaux forts pour le renforcement de la régionalisation et l’ancrage de la démocratie au Maroc, a affirmé le secrétaire général du parti de l’Union constitutionnelle (UC), Mohamed Abyad. Le discours royal vient couronner les réformes politiques entamées par le Royaume depuis des années, a-t-il ajouté dans une déclaration à la presse, soulignant que ce discours donne une forte impulsion à la bonne gouvernance et trace une méthodologie de travail basée sur la transparence et de larges consultations avec les parties concernées et l’opinion publique. Une consultation avec toutes les composantes du peuple est de nature à renforcer les bases de ce projet ainsi que l’unanimité faite autour de cette question, a-t-il estimé, relevant que le discours royal répond aussi aux aspirations de réformes pour avoir traité de toutes les questions relatives à la réforme institutionnelle.

Noureddine Ayouch : «C’est un discours réfléchi et ciblé»
«Le discours de Sa Majesté a été absolument extraordinaire. Je l’ai écouté avec plaisir et j’ai fait une lecture de chaque mot prononcé par Sa Majesté. C’est un discours fondamental qui apporte des modifications et des réformes importantes», a souligné Noureddine Ayouch, acteur associatif. «Sa Majesté a ouvert par la régionalisation avancée et en a fait la base de la création d’une nouvelle Constitution. Il a également attiré l’attention sur l’importance du travail des partis politiques et a accordé l’indépendance à la justice. Sa Majesté a appelé aussi les jeunes et les femmes à s’impliquer davantage dans l’exercice du pouvoir. En effet, maintenant c’est au peuple de donner la texture à ces nouvelles réformes, tout le monde doit se mettre au travail. Sa Majesté a fait preuve d’une grande ouverture et s’est montré à l’écoute du peuple. Ce discours est intervenu à trois semaines après les revendications des jeunes. Cela prouve que c’est un discours réfléchi et ciblé. Au peuple donc de suivre la dynamique royale loin des rues pour bâtir un Maroc à l’image de nos aspirations».

Ahmed Boukous : «La reconnaissance de l’amazighité, un levier pour la démocratisation de l’Etat»
La reconnaissance officielle de l’amazighité sera un levier essentiel pour la démocratisation de l’Etat, des institutions et de la société et pour le développement des régions, a souligné le recteur de l’Institut royal de la culture amazighe (IRCAM), Ahmed Boukous. Dans une déclaration à la presse, M. Boukous a indiqué que dans le cadre de la régionalisation élargie basée sur la solidarité entre les régions et garante d’une bonne gouvernance et d’une gestion optimale des ressources naturelles et matérielles, ce nouveau concept de la régionalisation sera une occasion pour l’émergence de jeunes acteurs qui contribueront à la gestion de la chose locale, régionale et nationale. Pour l’IRCAM, le discours royal constitue «un événement historique dans le processus politique du Maroc», a-t-il ajouté. Le premier principe sur lequel sera fondé le projet de la nouvelle Constitution et qui concerne la reconnaissance de la pluralité culturelle de l’identité nationale et au cœur de laquelle figure l’amazighité, est une «reconnaissance constitutionnelle» de l’amazighité, a-t-il poursuivi.

Thami Khyari : «Une révolution en douceur dans l’histoire du pays»
Le discours adressé, mercredi, par SM le Roi Mohammed VI à la Nation constitue «une révolution en douceur dans l’histoire du pays», a affirmé le secrétaire national du Front des forces démocratiques (FFD), Thami Khyari. Dans une déclaration à la presse, M. Khyari a qualifié d’historique le discours royal, indiquant que «cela démontre que le Maroc a ses spécificités par rapport aux autres pays de la région et que le Royaume a la capacité de franchir les étapes avec sérénité. Pour le FFD, il s’agit d’une nouvelle Constitution et non pas d’amendements constitutionnels qui mettra le Maroc au diapason des régimes démocratiques occidentaux, a-t-il poursuivi. M. Khyari a, par ailleurs, souligné la pertinence du choix de Abdeltif Mennouni, en tant que président de la commission ad hoc pour la révision de la Constitution, relevant que M. Mennouni est une personnalité notoirement connue pour son professionnalisme et son engagement en faveur des causes de la Nation et du peuple, ouvert et attentif aux autres opinions. Dans ce cadre, M. Khyari a exprimé la disposition du FFD à travailler avec ladite commission pour aboutir à une Constitution en phase avec le Maroc du 21ème siècle.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *