Réactions

Noureddine Ayouch : «Nous assistons à une pléthore de ministres»
«Nous assistons à une pléthore de ministres avec cette composition du nouveau gouvernement. Au lieu de 31 ministres, le chef de gouvernement devait se limiter à une vingtaine dans une étape où le pays a besoin d’économie. Il est dommage que M. Benkirane ait succombé à la tentation de satisfaire tout le monde», a indiqué à ALM Nourredine Ayouch du Collectif démocratie et modernité. Par ailleurs, selon lui, «le PPS avec 18 sièges au Parlement est le parti qui s’en est le mieux sorti en s’accaparant 4 ministères alors que l’Istiqlal qui a le triple de sièges n’a eu droit qu’à 6 ministères». 
M. Ayouche a aussi souligné que «le fait qu’il y ait eu plusieurs ministères de souveraineté montre que le chef de gouvernement  a géré avec ouverture et intelligence les négociations pour la formation du gouvernement, évitant toute friction avec le Palais». Par ailleurs, M . Ayouch a indiqué que la société civile, tout en restant vigilante et mesurée, a plusieurs raisons d’avoir de l’espoir vis-à-vis de ce gouvernement et doit l’épauler pour  qu’il réussisse sa mission. Et de conclure: «Personne n’a intérêt à ce que l’expérience de ce gouvernement échoue».

Fouzia Assouli : «Le PPS a failli à ses engagements»
Fouzia Assouli, présidente de la Ligue démocratique des droits des femmes, a souligné que cette composition machiste du gouvernement reflète une lutte acharnée des hommes pour le pouvoir et les postes ministériels. Alors que le véritable combat devait se situer, selon elle, autour des programmes et les convictions qui ne sont à aucun moment entrés en ligne dans les négociations. «Alors qu’il fallait consolider les acquis du combat qu’ont mené plusieurs femmes militant pour reconsidérer la place de la femme dans la société, la composition du nouveau gouvernement est venue annoncer une chute libre dans les droits des femmes. Ceci est scandaleux. N’y a-t-il donc aucune femme compétente dans ce pays ? Ceci constitue une insulte à l’intelligence des femmes», s’indigne Mme Assouli. Par ailleurs, Fouzia Assouli n’a pas manqué de pointer du doigt la responsabilité du chef de gouvernement qui doit veiller à l’application de la Constitution, ainsi que les partis politiques, en particulier le PPS. «Ce parti avait  conditionné sa participation à un gouvernement dirigé par les islamistes, par la nécessité de respecter l’égalité homme-femme. Il s’était engagé pour la  défense de la parité et des idées progressistes  mais il a failli à ses engagements», estime Mme Assouli.

RNI : Le nouveau gouvernement doit être «à la hauteur des grandes attentes des citoyens»
Le nouveau gouvernement se doit d’être «à la hauteur des grandes attentes des citoyens», a estimé, mardi, Naima Farah, membre du bureau politique du Rassemblement national des indépendants (RNI, opposition). Le RNI œuvrera à contrôler l’action gouvernementale et à jouer pleinement son rôle au sein de l’opposition, qui a été consacrée par la nouvelle Constitution, a souligné Mme Farah dans une déclaration à la MAP, suite à l’annonce de la composition du gouvernement Abdelilah Benkirane. La nouvelle équipe gouvernementale sera à l’épreuve de la satisfaction des attentes des Marocains, particulièrement à la lumière de l’actuelle conjoncture aux plans régional et international, a-t-elle poursuivi. Le RNI, qui compte 53 députés, s’est classé troisième du scrutin législatif du 25 novembre, remporté par le Parti de la justice et du développement avec 107 sièges sur les 395 que compte la Chambre des représentants.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *