Recensement, mode d’emploi

Les recensements de la population ont joué un rôle primordial dans le développement des techniques socio-économiques modernes. Ils ont fourni de vastes ensembles de données complexes contenant de grandes quantités d’informations sur la population des pays. Ces données ont été largement utilisées comme «réalités de terrain» dans de nombreux aspects de l’orientation politique et de la recherche socio-économique. Les techniques utilisées pour les recensements visaient essentiellement à réduire le volume de données, c’est-à-dire qu’elles s’efforçaient de produire des chiffres et des tests sommaires donnant des renseignements sur les processus sous-jacents de production de données. Dans le cas des recensements de la population, cela a conduit à la mise au point de multiples techniques de présentation et d’analyse des données telles que les statistiques régionales, les profils géodémographiques, les Atlas de recensements et les indicateurs sociaux. En plus de fournir des informations statistiques sur la démographie, les établissements humains, les questions économiques et sociales répondant à des besoins locaux, nationaux et internationaux, les recensements ont constitué la principale source d’informations à utiliser comme cadre d’échantillonnage pour les enquêtes effectuées dans les années à venir. Pour être efficace, l’analyse des recensements de population exige que ces derniers et d’autres ensembles de données pertinents soient disponibles à des niveaux détaillés de désagrégation géographique. Les données nécessaires sont normalement de deux types : données topographiques et données d’attributs. Récemment encore, on manquait de données topographiques rapidement utilisables si bien que d’importants moyens ont été mis en oeuvre pour en produire. Les données topographiques numériques facilement utilisables sont disponibles. Par ailleurs, il existe peu d’infrastructures géographiques nationales. La disponibilité de données topographiques a réduit les frais de mise au point d’un Système d’information si bien que la demande de données d’attributs détaillées, géographiquement désagrégées et référencées, dont les recensements de la population sont l’élément fondamental, augmente rapidement. Cette demande et ce manque d’infrastructures de données géographiques nationales et internationales ont diverses implications pour ceux qui sont concernés par la fourniture de ces informations. Les problèmes les plus courants rencontrés dans la documentation sont ceux qui résident dans l’association de références géographiques cohérentes à des données d’attributs et dans la production de statistiques régionales très détaillées ne portant pas atteinte au principe de confidentialité.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *