Redouane Zahrou : « En 2007, la concurrence sera rude »

Redouane Zahrou : « En 2007, la concurrence sera rude »

ALM : quel regard portez-vous sur les réalisations économiques du Maroc au titre de l’année 2006 ?
Redouane Zahrou : Le Maroc s’est attaché à la promotion d’une dynamique de réformes. On peut citer celles relatives au système de l’éducation-formation. On souligne aussi les réformes notables relatives à l’administration ainsi qu’au secteur des entreprises privées et des établissements publics, notamment avec la mise en place d’une gouvernance efficace et fiable pour un secteur devenu primordial pour le développement de notre pays. On note aussi d’autres réformes sectorielles qui ont touché les télécoms, par la libéralisation des celles-ci. Il y a eu aussi la libéralisation du secteur des transports, surtout le transport maritime avec la restructuration de l’ODEP par la création de la SODEP (Société d’exploitation des ports), la Somaport et l’Agence nationale d’exploitation des ports (ANEP). Enfin, on cite d’autres réformes qui ont intéressé le monde des affaires et qui ont touché principalement l’arsenal juridique lié à l’investissement tel que le code du commerce, la loi sur les sociétés, le plan comptable national, le code du travail, la loi bancaire et la loi sur la propriété industrielle.

Quelles sont vos prévisions pour l’année 2007 ?
Pendant l’année 2007, il est prévu qu’on assistera à des difficultés au niveau social dues à la détérioration du niveau de vie des couches sociales, surtout celles à revenus fixes comme les salariés. Il est prévu qu’on assistera aussi à une stabilisation du prix du pétrole à des niveaux élevés, ce qui va augmenter le taux d’inflation. On assistera à un déficit budgétaire très élevé dû à l’arrêt et la faiblesse du processus de privatisation. On assistera également à une concurrence très rude et acharnée au niveau des marchés internationaux, ce qui nous obligera à améliorer notre compétitivité extérieure et à poursuivre encore le programme de la mise à niveau de nos entreprises.

Quels sont les points que le Maroc doit améliorer en 2007 ?
Il faut que le Maroc continue ses efforts en vue de stabiliser le cadre macroéconomique comme une condition nécessaire pour une croissance économique saine et durable. Il faut que notre pays accentue ses efforts en matière d’investissements menés par nos entreprises et aussi dans le secteur public. Le Maroc est appelé à améliorer ses équilibres sociaux dans le cadre de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH). Il faut une nouvelle politique d’aménagement du territoire non pas pour l’habitat, mais cette fois-ci pour la création de zones et de sites industriels pour la création de projets productifs. Notre pays doit continuer à réformer la gestion des administrations publiques, de la justice, des collectivités locales et des secteurs bancaire et financier.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *