Réforme constitutionnelle : Le grand oral des partis politiques commence le 28 mars

Réforme constitutionnelle : Le grand oral des partis politiques commence le 28 mars

La Commission consultative de révision de la Constitution (CCRC) entame une démarche de concertation. La Commission présidée par Abdeltif Mennouni a adressé, en fin de semaine dernière, des lettres aux différents partis politiques, les invitant à présenter leurs conceptions et propositions à propos de la réforme constitutionnelle. C’est ce qu’ont affirmé à ALM, lundi 21 mars, des dirigeants des formations politiques. Selon la même source, chaque parti politique a été appelé à se présenter devant la Commission Mennouni à une date précise. Aux termes des lettres adressées aux partis politiques, l’opération de consultation devra avoir lieu du lundi 28 mars au mardi 5 avril prochain.
Chaque formation politique aura une durée de 30 minutes pour exposer devant les membres de la Commission sa conception et ses points de vue à propos de la réforme de la Constitution, avant de procéder à une discussion de 45 minutes. À l’ordre du jour du premier jour des consultations, le Parti du progrès et du socialisme (PPS) et l’Union socialiste des forces populaires (USFP). Nabil Benabdellah et Abdelouahed Radi devront exposer, lundi 28 mars, leur vision de ce chantier devant les 19 membres de la CCRC. Mardi 29 mars, c’est au tour du Parti de la justice et du développement (PJD) et de l’Union constitutionnelle (UC) de présenter leurs points de vue sur la réforme de la Constitution. Abdelilah Benkirane et Mohamed Abied auront chacun 75 minutes pour faire leurs exposés. Pour sa part, le Parti socialiste unifié (PSU) a été convoqué par la CCRC, mercredi 30 mars, pour donner son avis sur ce chantier. «Certes, nous allons présenter nos observations et propositions sur la réforme de la Constitution, mais nous avons des remarques à propos de la méthodologie de la Commission. Nous rejetons le fait que la Commission nous a convoqués pour une date et une heure précises pour une brève entrevue. Nous estimons qu’il faut qu’il y ait un débat réel avant et après que la CCRC ne remette sa copie sur la réforme», indique Mohamed Moujahid, secrétaire général du PSU, dans une déclaration à ALM. «Nous allons nous concerter, dans les prochains jours, avec nos alliés dans le cadre de l’Alliance de la gauche démocratique. Nous entendons adresser une lettre à la Commission en réponse à sa demande, pour lui expliquer notre position. Avant de fixer la date de la rencontre pour la présentation des conceptions, la CCRC devait au moins consulter les partis politiques», précise-t-il. Ceci dit, il faut préciser que si la majorité des partis politiques a accueilli avec satisfaction la démarche participative adoptée par la Commission Mennouni et a déjà commencé à se préparer pour cette rencontre imminente avec la CCRC, certains partis de gauche ont opté pour une attitude réticente. C’est le cas notamment du PSU. En consultant les partis politiques, la CCRC aura, ainsi, mis en application l’une des principales orientations royales contenues dans le discours du Souverain du jeudi 10 mars à l’occasion de l’installation de la Commission consultative de révision de la Constitution.
«Nous appelons la Commission à suivre une approche d’écoute et de concertation avec toutes les instances et les acteurs qualifiés, sans exception aucune», avait souligné SM le Roi Mohammed VI dans son discours. Aussi, la méthodologie de travail de la CCRC rappelle celle qui a été adoptée par la Commission consultative sur la régionalisation (CCR) qui avait tenu, elle-aussi, à recueillir les conceptions des acteurs politiques, syndicalistes et associatifs avant de rendre sa copie à propos de ce projet structurant lancé par le Souverain. A noter que la CCRC, appelée par le Souverain à «faire preuve d’imagination et de créativité pour proposer un dispositif constitutionnel avancé pour le Maroc d’aujourd’hui et de demain», devra soumettre les résultats de ses travaux à la Haute appréciation royale dans le courant du mois de juin prochain. Le Souverain avait mis l’accent sur le rôle de premier plan que les partis politiques sont appelés à jouer dans le cadre de la mise en place d’une nouvelle architecture de la Constitution. «Eu égard à l’intérêt particulier que Nous attachons à voir les partis politiques s’investir dans l’élaboration et la mise en œuvre d’une bonne gouvernance constitutionnelle, Nous avons jugé que leur rôle ne devrait pas se limiter à présenter des conceptions devant votre honorable commission, mais ils devraient plutôt s’impliquer en permanence dans cette réforme structurelle, et ce, du début jusqu’à la fin», avait indiqué le Souverain dans son discours.
A noter que selon des sources syndicalistes et associatives, les centrales syndicales et les organisations associatives seront appelées, à leur tour, à présenter leurs points de vue à propos de la réforme de la Constitution. Rappelons que la CCRC avait tenu, mardi 15 mars, à Rabat, sa première séance de travail au siège de l’Académie du Royaume du Maroc. La Commission avait examiné lors de cette séance sa méthodologie de travail. Une méthodologie qui porte sur une approche d’ouverture et d’inclusion par l’écoute et la concertation avec toutes les instances et les acteurs qualifiés.


 Première réunion de Mohammed Moâtassim avec les chefs des organisations politiques et syndicales

Le président du mécanisme politique de suivi de la réforme constitutionnelle, Mohammed Moâtassim, a tenu, lundi à Rabat, une réunion avec les chefs des organisations politiques et syndicales. Cette réunion, tenue en présence de Abdeltif Mennouni, président de la Commission consultative de révision de la Constitution, est la première de ce mécanisme chargé du suivi de la concertation et de l’échange de points de vue sur ce projet de réforme constitutionnelle.
L’objectif de ce mécanisme est d’impliquer les partis politiques dans l’élaboration et la mise en œuvre d’une bonne gouvernance constitutionnelle.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *