Régionalisation au Sahara : les propositions du PAM suscitent le débat

Régionalisation au Sahara : les propositions du PAM suscitent le débat

La proposition du Parti Authenticité et Modernité (PAM) de créer la région du «Sahara occidental» suscite la polémique. Le parti dirigé par Mohamed Cheikh Biadillah avait suggéré, dans le cadre de la réforme du système régional, la création d’une région au Sahara qui soit conforme à la zone de conflit, c’est-à-dire contenant les provinces de Laâyoune, Smara, Oued Eddahab, Aousserd et Boujdour et l’attribution à cette région de la dénomination de «région de Sakia Alhamra ouadi Dahab» ou du nom géographique de «Sahara occidental». Aussitôt cette proposition annoncée dans le cadre d’une conférence de presse tenue, vendredi 27 août, à Rabat, dédiée à la présentation de la vision du PAM à propos du chantier de la régionalisation élargie, les observateurs de la scène politique nationale ont exprimé des avis divergents. L’Association le Sahara Marocain (ASM) a ouvert le bal. L’ASM présidée par Réda Taoujni a exprimé, mercredi 1er septembre, son étonnement quant à cette proposition la qualifiant de «scandaleuse». «Proposer la dénomination de la région, «Sahara occidental» est un acte de faiblesse et d’échec face à nos ennemis. Oui il est occidental géographiquement mais nous parlons d’un Sahara marocain géographiquement et historiquement. Parler le langage de nos ennemis c’est une insulte à la mémoire du libérateur du Maroc feu SM Mohammed V, c’est une insulte à la mémoire de feu SM Hassan II qui a récupéré nos provinces du Sud à travers une Marche Verte pacifique, c’est une insulte au peuple marocain en entier, à nos martyrs tombés sur le champ d’honneur en défendant notre intégrité territoriale, aux veuves et enfants de ces martyrs», s’est insurgé l’ASM dans un communiqué. Cette association estime, en outre, que «la région du Sahara ne doit en aucun cas comprendre que les zones du conflit». «L’ASM exprime sa déception, car elle attendait beaucoup du Parti Authenticité et Modernité dans le dossier du Sahara en général et dans la gestion locale de nos provinces du Sud en particulier. Malheureusement, le PAM a énormément de choses à apprendre», indique, en outre, le communiqué. Saïd Jafri, professeur universitaire, estime, pour sa part, que la proposition du PAM est «assez étrange». «Je trouve que la suggestion du PAM n’a aucun lien avec l’histoire parce que incompatible avec l’évolution historique de la position officielle du Maroc dans le dossier du Sahara», souligne M. Jafri, ajoutant que «le terme Sahara occidental est beaucoup plus un terme colonial que national» (voir réaction ci-dessous). Ceci dit, d’autres observateurs ont balayé les arguments avancés par l’ASM d’un revers de la main. «L’appellation Sahara occidental ne pose aucun problème. Cette appellation n’a aucune connotation politique ne serait-ce que la charge symbolique chimérique que lui donne le Polisario à travers ses médias pour servir sa propagande, soutenu en cela par l’Algérie», précise Mohamed Talib, membre du Conseil national du PAM (voir réaction ci-dessous). Pour sa part, le politologue Mohamed Darif affirme: «les masses médias étrangers et même les Nations Unies dans ses différentes résolutions, parlent toujours de Sahara occidental pour qualifier la région sujet de conflit. Ainsi, le fait d’unifier le jargon est de nature à faciliter la communication avec les Nations Unies. Donc, je trouve que la proposition du PAM est logique». Fin décembre prochain, la Commission consultative sur la régionalisation (CCR), chargée d’élaborer une conception sur le chantier structurant de la régionalisation élargie, devra rendre sa copie. La proposition du PAM de créer la région du «Sahara occidental» pourra être prise en considération comme elle pourra rester lettre morte.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *