RNI : La balle est dans le camp de Benkirane

RNI :  La balle est dans le camp de Benkirane

Benkirane et Mezouar vont trancher, de sources sûres, lors de la prochaine rencontre. Ainsi, les négociations entre le chef de gouvernement et le président du RNI ont atteint une manche décisive. Selon une source bien informée au RNI, la balle est aujourd’hui dans le camp du chef de gouvernement tout comme le rythme des négociations.
«Le président du RNI a présenté les propositions du parti concernant les priorités de l’action gouvernementale et l’architecture de l’Exécutif.

Le chef de gouvernement a écouté et émis quelques observations», explique la même source. Et d’ajouter: «Benkirane a naturellement besoin de temps pour analyser et consulter ses partenaires. Mais il faut préciser que toutes les propositions faites par le RNI sont étayées et argumentées».
De son côté, le numéro un de l’Exécutif a choisi lors d’un meeting national de la jeunesse de son parti, dimanche à Casablanca, de maintenir le suspense sur ce dossier.

Abdelilah Benkirane qui a toujours su profiter de ses passages lors des manifestions organisées par les instances de sa formation, n’a pas manqué de passer des messages à ses alliés, s’exprimer sur certains dossiers du moment et même régler ses comptes avec ses rivaux au sein de la scène politique. Justement, prenant la parole à la fin du meeting devant un auditoire complètement acquis à sa cause, le secrétaire général du PJD n’a pas manqué de s’en prendre à son désormais ancien allié à la majorité, Hamid Chabat, secrétaire général du parti de l’Istiqlal, ainsi qu’au PAM (Parti authenticité et modernité), sans bien évidemment les nommer directement.

Au premier, il a de nouveau reproché d’avoir pesé de tout son poids pour que l’Istiqlal décide de sortir de la majorité (ndlr : le conseil national du PI avait pris la décision de quitter la majorité avant que tous les ministres du parti sauf un seul ne présentent leurs démissions du gouvernement qui ont été par la suite acceptées par le Souverain).

Sans nul doute pour plus agacer son rival, Benkirane a rappelé, dans un ton moqueur, que Chabat n’était arrivé que troisième dans les dernières Législatives derrière deux candidats du PJD à Fès. Quant au PAM, le chef de gouvernement a fait allusion au bras de fer qui oppose les deux formations dans plusieurs conseils de ville à travers le Royaume.

En fin politicien, le secrétaire général du parti de la lampe savait qu’il devait adopter un discours offensif pour s’assurer de la sympathie de son auditoire composé majoritairement de jeunes dont le nombre a atteint les 3.000 selon les responsables de la JJD (Jeunesse du PJD), 2.000 selon les autorités. Il a également veillé à paraître dans un style décontracté en enlevant sa veste pour laisser apparaître une chemise aux manches courtes.

C’est alors que le moment était venu pour que Abdelilah Benkirane s’exprime sur le sujet qui préoccupe tous les membres de son parti concernant la formation d’une nouvelle majorité. Le chef de gouvernement a déjà mené quatre rounds de négociations avec le président du RNI (Rassemblement national des indépendants), Salaheddine Mezouar. Mais il faut dire que le public de Benkirane est resté sur sa faim cette fois-ci puisqu’il s’est contenté d’affirmer que les négociations se poursuivent même si le numéro un de l’Exécutif a laissé entendre que rien encore n’a été fixé avec le RNI.

S’agit-il d’une simple feinte pour garder les négociations secrètes ou bien les propos de Benkirane voulaient-ils dire autre chose ? En tout cas, ce dernier a expliqué qu’il tentera de mener à bien les négociations avec le parti de la colombe. «Si j’échoue à former une nouvelle majorité, je reviendrai vers Sa Majesté le Roi qui garde toute la latitude pour prendre la décision adéquate», a t-il déclaré.

Et de poursuivre : «Nous sommes actuellement un gouvernement de minorité. L’opposition qui est majoritaire peut très bien appeler à des élections anticipées ou déposer une motion de censure au Parlement contre le gouvernement. Car au PJD nous sommes prêts à toutes les éventualités».
Benkirane a ainsi maintenu le suspense autour de l’avenir de son gouvernement mais les prochains jours devraient être certainement déterminants. 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *