Sahara : Le PJD appelle à une application unilatérale du plan d’autonomie

Sahara : Le PJD appelle à une application unilatérale du plan d’autonomie

La première cause nationale a dominé les travaux du conseil national du Parti islamiste de la justice et du développement (PJD). Réuni, deux jours durant (samedi et dimanche) à Bouznika, avec sur les « bras» la question houleuse de la préparation du prochain congrès du parti ( 19 et 20 juillet prochain), le conseil national du PJD, – une sorte de Parlement du parti -, a donné la primeur au dossier du Sahara. «Il faut que l’Etat ait le courage politique et passe (sans plus tarder) à la mise en œuvre du plan d’autonomie sur le terrain», a exhorté le secrétaire général du PJD, Saâd Eddine El Othmani, en ouverture de la grand-messe. «Les négociations (avec le front Polisario à Manhasset, près de New York) ont échoué lors de chacun des quatre rounds», a diagnostiqué le psychologue M. El Othmani. Du coup, «l’Etat ne doit plus miser, ni se concentrer sur ce processus de négociations qui a montré ses limites», a-t-il tranché. Son adjoint, Lahcen Daoudi, n’a pas fait dans la dentelle. «On ne doit pas miser sur la bonne volonté des généraux algériens, qui doivent retourner dans leurs casernes au lieu de continuer à faire leurs choux gras des problèmes internes à l’Algérie et celui, plus particulièrement, du Sahara marocain», a martelé le deuxième responsable du parti islamiste. «Notre pays a de bonnes cartes à jouer mais il y a beaucoup d’hésitation», a-t-il relevé, précisant que le passage à l’application de la solution d’autonomie presse d’autant plus que la conjoncture internationale actuelle est «en faveur de notre pays». «Le fait que le Maroc ait proposé son initiative d’octroyer au Sahara un statut d’autonomie, dans le cadre de la souveraineté marocaine, a attiré à notre pays beaucoup de sympathie à l’international. Et, maintenant, il faut que l’on saisisse cette occasion pour passer à l’acte», a-t-il plaidé, mettant en garde contre «toute hésitation » qui pourrait être exploitée par l’autre partie pour dire que «rien ne bouge au Sahara». Lahcen Daoudi dit se baser sur l’avis des militants sahraouis du PJD, rappelant que cet avis avait déjà été souligné, avec insistance, lors de journées d’étude organisées par son parti en 2005 dans les provinces sahariennes, notamment à Laâyoune et Smara. Lors de ces journées, organisées simultanément avec le lancement du processus de consultations démocratiques internes sur la proposition d’autonomie, les militants sahraouis du PJD avaient émis le souhait que «cette proposition soit appliquée immédiatement et sans attendre qu’un accord soit arraché auprès de pseudo-libérateurs à la solde des généraux algériens». «On a les trois-quarts des Sahraouis qui sont au Sahara et, démocratiquement, ils sont majoritaires. Leur sort ne doit pas rester lié au quart absent», acquiesce M. Daoudi. « Le Maroc est en marche, il ne doit pas attendre que des attardés mentaux se prononcent. Ces derniers doivent comprendre, aujourd’hui plus que tout autre temps, que le monde appartient désormais aux grands blocs et que l’époque des partitions est révolue à tout jamais», a-t-il martelé, catégorique. Interrogé sur l’avenir des négociations, le responsable a dit «ne pas se faire d’illusion». «On connaissait à l’avance les résultats de ces négociations mais, politiquement, à l’international, le Maroc n’avait pas le choix », a-t-il expliqué. «Maintenant que la balance penche en faveur de notre pays, et que la pression a changé de camp pour se trouver de l’autre côté de la frontière, il faut en tirer profit et passer, directement et sans atermoiements, à la mise en œuvre de la solution d’autonomie», a appelé M. Daoudi, ajoutant que cet appel sera réaffirmé lors du prochain congrès du PJD.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *