Sahara marocain : Christopher Ross boucle sa tournée dans la région

Sahara marocain : Christopher Ross boucle sa tournée dans la région

La relance des pourparlers sur l’avenir du Sahara est à l’ordre du jour. Après sa visite à Alger, à Nouakchott et à Tindouf, l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU, Christopher Ross, a été reçu, lundi 25 octobre, à Rabat, par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Taïeb Fassi Fihri. Cette rencontre s’est déroulée en présence de Taib Cherkaoui, ministre de l’Intérieur et de Mohamed Loulichki, ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès de l’ONU. L’émissaire onusien avait entamé, lundi 18 octobre, sa tournée maghrébine pour des consultations avec les parties sur la question du Sahara. L’objectif de M. Ross à travers cette démarche étant de tenter de rapprocher les positions des parties au conflit en perspective de la prochaine série des réunions informelles qui devra avoir lieu en novembre prochain. Les deux réunions informelles entre les parties ont eu lieu en août 2009 à Durnstein, en Autriche, et en février dernier dans le Comté du Westchester (USA), sous les auspices de l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU, en vue de «préparer le 5ème cycle des négociations». L’envoyé personnel du secrétaire général des Nations Unies pour le Sahara était arrivé, vendredi matin, à l’aéroport Mohammed V de Casablanca. M. Ross devait également rencontrer SM le Roi Mohammed VI, selon une source gouvernementale citée par l’AFP, avant de boucler sa tournée. Christopher Ross avait appelé, jeudi 22 octobre, à Nouakchott à surmonter le statu quo au Sahara. M. Ross avait expliqué à l’issue d’une audience avec le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz que sa mission vise à «aider le Royaume du Maroc et le front Polisario à parvenir à une solution politique juste, durable et acceptée par les deux parties». Il a dit avoir examiné avec Ould Abdel Aziz «le besoin urgent d’alléger la tension existante et d’éviter tout ce qui est de nature à envenimer l’atmosphère et à compliquer les progrès dans les négociations».
Alors que la délégation marocaine avait marqué, lors des négociations d’Armonk aux Etats-Unis, sa disponibilité à négocier une solution réaliste et réalisable sur la base de l’Initiative d’autonomie, l’Algérie et sa création le Polisario avaient choisi, encore une fois, de camper sur la position de l’immobilisme de l’intransigeance. Ainsi, à l’image des quatre rounds de Manhasset et de la réunion informelle de Vienne, le 2ème round de négociations à huis clos qui s’est tenu dans la banlieue de New York, les 10 et 11 février dernier, n’avait débouché sur aucun développement substantiel. A noter que la quatrième commission de l’Assemblée générale de l’ONU avait adopté, lundi 11 octobre, sans vote, un projet de résolution réitérant l’appui des Nations Unies au processus de négociations sur le Sahara, appelant de nouveau toutes les parties et les Etats de la région à coopérer pleinement avec le secrétaire général et son envoyé personnel, et les uns avec les autres.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *