Said Elakhal : «Le citoyen marocain dira «Oui» par conviction»

Said Elakhal : «Le citoyen marocain dira «Oui» par conviction»


ALM : Quels sont les points essentiels contenus dans ce nouveau projet de la Constitution ?
Said Elakhal : Le nouveau projet de la Constitution a répondu à l’ensemble des revendications des partis politiques, des centrales syndicales ainsi que de la société civile. Parmi les points importants, on remarque qu’il n’y a plus de mention par rapport à la sacralité de la personne du Roi. Ce nouveau projet a aussi consacré la culture des droits de l’Homme reconnue universellement, ainsi que l’égalité entre l’homme la femme et la mise en place d’instances et de mesures de sa mise en œuvre. Ce qui est une revendication des associations de défense des droits de l’Homme et de la société civile. Les prérogatives du Premier ministre ont été élargies. Le gouvernement a un plus large champ d’action. Quant au pouvoir du Parlement, il a été renforcé et constitutionalisé devenant exclusivement législatif. Cette nouvelle constitution garantit désormais aux partis politiques plus de liberté d’initiative. Ceci doit les encourager à mieux exercer leurs fonctions politiques limitées auparavant au discours et à la critique.

Comment expliquer le fait que la Commanderie des croyants ait été maintenue ?
Bien qu’il ait fait l’objet de critiques de quelques parties, l’un des points essentiels du projet de la nouvelle Constitution est le maintien de la Commanderie des croyants. Ainsi, plus les prérogatives religieuses du Roi sont renforcées et définies constitutionnellement, plus on sauvegarde la sécurité spirituelle des Marocains et l’unité de leur doctrine musulmane. Cela les prémunit de toute intrusion de courants religieux extrémistes et fondamentalistes.
Des parties s’inquiétaient du fait que les pouvoirs religieux du Roi limitent les libertés publiques, mais celles-ci sont désormais garanties par leur constitutionnalisation.

Comment les partis politiques doivent-ils mobiliser les citoyens pour le référendum ?
Les partis politiques doivent intérioriser l’essence de cette Constitution et en expliquer le contenu et les perspectives au citoyen, notamment en ce qui concerne le fait que la nouvelle Constitution encourage les partis à participer à l’action politique et à la dynamique démocratique d’une manière plus approfondie et en toute responsabilité puisque la nouvelle Constitution garantit les principes de bonne gouvernance, de contrôle et de reddition. Il faut aussi que les médias publics ouvrent le débat à tous les intervenants y compris ceux qui sont contre le projet pour favoriser un meilleur examen de cette Constitution, ses points forts et ses failles, et une meilleure vulgarisation de son contenu. Ceci permettra l’éveil d’une conscience politique générale chez les citoyens et ce chantier ne se limitera pas aux initiés de la politique. Ainsi le citoyen marocain dira «Oui» par conviction et non par mimétisme ou à cause d’une quelconque intervention d’organe de l’État.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *