Séchresse : les régions pour un programme d’urgence

Dans une pétition adressée au Premier ministre, les présidents rappellent le déficit pluviométrique enregistré lors de l’actuelle saison, et les dégâts subis par le secteur agricole et la population rurale dans différentes régions du Royaume, appelant le gouvernement à "accélérer la mise en place d’un programme global et urgent pour lutter contre les effets de la sécheresse et soutenir les agriculteurs".

Le début de la campagne agricole a été marqué par des conditions climatiques relativement difficiles, en raison particulièrement du déficit pluviométrique avoisinant 44 pc par rapport à la moyenne habituelle et de la baisse notable des températures.

Ces facteurs ont abouti à la diminution des superficies cultivées, surtout en matière des céréales d’automne, au début de la dégradation de la situation végétale dans certaines provinces et la faiblesse du couvert végétal des pâturages.

Le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et des Pêches maritimes, M. Mohand Laenser, avait annoncé, lors du dernier conseil de gouvernement, la prochaine mise en oeuvre d’un programme d’urgence pour le
sauvetage et la protection du cheptel, en vue d’atténuer les effets d’une éventuelle vague de sécheresse.
Le programme comprend la prise en charge des frais de transport des aliments de bétail, la mobilisation des camions-citerne pour l’approvisionnement en eau du bétail, le renforcement des moyens de protection de la santé du cheptel, ainsi que l’exécution d’un important programme de cultures printanières.

Les services compétents se chargeront du suivi quotidien et régulier de l’évolution de la situation agricole, dans le but de prendre les décisions appropriées en cas de développement défavorable, a-t-il précisé, faisant remarquer que l’évolution de la campagne agricole reste tributaire des conditions climatiques devant prévaloir en janvier et au printemps.

Cette réunion, marquée par la présence du wali de la région Meknès-Tafilalet, M. Hassan Aourid, a été consacrée aussi aux préparatifs de la deuxième édition du Salon international de l’Agriculture au Maroc (SIAGRIM) qui se tiendra du 19 au 26 avril prochain dans la cité ismaïlienne.

Les organisateurs de cette manifestation tablent sur 400.000 visiteurs et la participation de 20 pays et 600 exposants marocains et étrangers répartis sur 8 pôles.

Le SIAGRIM vise à faciliter les échanges entre les différents intervenants en matière d’expertise, de savoir et d’expérience, favoriser le transfert des nouvelles technologies, sensibiliser les partenaires à la nécessité de
la protection des ressources naturelles, renforcer la compétitivité agricole marocaine au niveau international, instaurer et promouvoir la culture de partenariat entre les différents intervenants agricoles et promouvoir le développement humaine.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *