Sécurité aérienne : Désormais votre passeport sera transmis à Interpol

Sécurité aérienne : Désormais votre passeport sera transmis à Interpol

Prévenir de nouveaux attentats terroristes semblables à ceux du 11 septembre 2001. C’est l’argument avancé par Interpol qui a appelé, mardi 7 juin, les compagnies aériennes à «l’établissement «sans délai» d’une banque de données internationales des passeports», lit-on dans le site d’Interpol. Intervenant à Singapour lors de l’assemblée générale de l’Association internationale du transport aérien (Iata) qui représente 230 compagnies et 90 % du trafic mondial, Ronald Noble, secrétaire général d’Interpol, a expliqué que la sécurité des passagers relève de la responsabilité partagée des gouvernements et des compagnies aériennes. «A chaque fois que des attaques terroristes n’ont pu être perpétrées, cela était dû au fait que nous n’avons pas partagé et analysé collectivement des informations que nous avions déjà», a-t-il expliqué devant l’assemblée générale de l’Association internationale du transport aérien (Iata) à Singapour, ajoutant que le contraire est tout aussi vrai : «Chaque fois que des attentats ont été prévenus, cela s’est fait grâce à une exploitation de données disponibles sur des passagers ou des groupes spécifiques». Ainsi le secrétaire général de l’organisation basée à Lyon (France) a préconisé la création d’ une banque de données qui rassemble les informations sur les voyageurs à travers le monde. «Ceci permettrait de détecter plus aisément les passeports frauduleux, égarés ou volés», a-t-il indiqué , rappelant que l’un des auteurs des attentats du 11 septembre 2001 avait justement pénétré sur le territoire américain avec un passeport dérobé. «L’an dernier, un demi-million de passagers ont pu voyager sur des vols internationaux sans que leur passeport ne soit passé au crible et ce problème existe depuis 1993», a-t-il fait savoir. Ajoutant que «l’industrie devrait s’en inquiéter mais elle ne semble pas le faire». Le secrétaire général d’Interpol a, par ailleurs, regretté que les compagnies aériennes soient réticentes au partage des informations sur l’identité de leurs clients. Ainsi la proposition d’Interpol a reçu un accueil mitigé des représentants des compagnies membres de l’Iata. «Je ne suis pas en faveur du profilage», a déclaré l’un d’eux à M. Noble, en soulignant que les organisations violentes pouvaient avoir recours à des personnes non répertoriées sur les listes noires comme «mules». La seule réaction favorable notée face à cette proposition a été celle de Elyezer Shkedy, P-dg de la compagnie israélienne El Al. Ce dernier a défendu l’initiative d’Interpol, en précisant qu’il ne s’agissait pas, pour les sociétés, «de partager toutes les informations» sur leurs clients, mais seulement celles nécessaires «à lutter contre le terrorisme». «Il s’agit d’un problème global et pour lutter dans le monde entier, vous devez effectuer des contrôles», a-t-il ajouté. Contactée par ALM, la Royale Air Maroc (RAM) a expliqué que «la procédure en vigueur depuis le 11 septembre est de communiquer, avant tout départ, les listes des passagers et leurs numéros de passeports à une dizaine de pays qui l’exigent, notamment entre autres les USA, l’Italie, la France…. Ceci étant en conformité avec leur norme de sécurité». Rappelons que lors des travaux de son assemblée générale qui se sont achevés, mardi 7 juin, à Singapour, l’Association internationale du transport aérien a fortement revu à la baisse les prévisions de bénéfices des compagnies aériennes pour 2011, à 4 milliards de dollars contre 8,6 auparavant, en raison des prix élevés du pétrole, des troubles dans le monde arabe et des catastrophes naturelles au Japon. Cette estimation de 4 milliards représente une chute de 78% par rapport aux profits de 18 milliards de dollars réalisés en 2010, année de forte reprise pour le transport aérien après la crise économique.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *