Sécurité : démantèlement d’une organisation internationale de trafic de drogue liée à l’Aqmi

Sécurité : démantèlement d’une organisation internationale de trafic de drogue liée à l’Aqmi

Nouvel exploit pour les services de la Sûreté nationale. Un dangereux réseau criminel opérant à l’intérieur du territoire national qui s’adonne au trafic de drogue dure (cocaïne) et de chira a été démantelé. C’est ce qu’a indiqué, mardi 12 octobre, un communiqué du ministère de l’Intérieur. La neutralisation de ce réseau criminel s’inscrit dans le cadre des efforts menés par les services de sécurité dans la lutte contre le crime organisé. Selon la même source, ce réseau ayant des ramifications en Amérique latine, en Europe et en Afrique acheminait la drogue vers l’Europe par voies terrestre, maritime et aérienne. Le département de Taib Cherkaoui souligne que sept personnes de ce réseau ont été interpellées, dont deux Espagnols, dans le cadre des investigations menées à cet effet. Ces derniers étaient, selon le communiqué de l’Intérieur, en possession d’importantes sommes d’argent en monnaies étrangères et marocaine, de véhicules utilisés dans le trafic de drogue dure au Maroc, de quantités de cocaïne et de chira, ainsi que de bombes lacrymogènes. «Les investigations ont révélé que les membres de ce réseau, dirigé par des criminels de nationalités étrangères, ont pu transporter d’importantes quantités de cocaïne du Mali et les introduire au Maroc, alors que le reste a été acheminé vers des pays européens», poursuit la même source, ajoutant que «les membres du réseau ont également pu faire passer d’importantes sommes d’argent en devises à l’étranger».
Sans surprise, le communiqué du ministère de l’Intérieur indique, en outre, que les investigations ont montré que ce réseau criminel transfrontalier a fait du Mali une plate-forme pour ses activités criminelles, en connivence avec les éléments terroristes appartenant à l’organisation Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Ceci prouve, selon les observateurs, que rien n’interdit désormais à Al Qaïda au Maghreb islamique de tirer profit des nouvelles routes africaines de la cocaïne pour diversifier ses revenus. «Le communiqué du ministère de l’Intérieur vient confirmer, encore une fois, les liens indéfectibles entre les réseaux de trafic de drogue et l’Aqmi. Ainsi, on assiste actuellement à un mariage entre l’organisation terroriste de l’Aqmi et les organisations criminelles transnationales. Pour ces dernières, il est nécessaire de tisser des liens avec des organisations qui contrôlent un territoire pour leur assurer le passage en toute sécurité en contrepartie d’une somme importante d’argent, étant donné que l’Aqmi a toujours besoin d’argent pour financer ses opérations terroristes», explique Mohamed Darif, politologue, dans une déclaration à ALM. «Le démantèlement de ce réseau criminel met en exergue la pertinence de l’appel du Maroc à une coopération et à une coordination étroite entre les pays de la région du Maghreb et du Sahel pour mettre fin au danger que représentent les organisations de crime», ajoute M. Darif.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *