Selon le directeur de l’ONE, l’impact du délestage est exagéré

«Pour lundi 3 novembre, la baisse de la consommation en électricité des industriels a atteint 1%. Et ce n’est pas ce 1 % qui va mettre en péril leur compétitivité. C’est trop exagéré !», selon Younès Maâmar, directeur général de l’Office national de l’électricité (ONE). «Le plan de Préservation du système électrique (PSE) est activé dans le cadre d’une bonne gouvernance électrique. Vous savez, le PSE est mis en place à des niveaux supérieurs à l’échelle européenne. Il est un plan de sauvegarde et non pas un plan de catastrophe!», ajoute-t-il. En effet, l’ONE  a décidé d’augmenter, le vendredi 31 octobre 2008, le seuil de vigilance du plan PSE. Ceci s’est fait en étroite collaboration avec les distributeurs d’électricité et les autorités de tutelle selon l’ONE.
Ce seuil de vigilance devrait se maintenir jusqu’au 20 novembre 2008 à cause de trois raisons. Il y a d’abord les travaux de maintenance sur l’interconnexion électrique Maroc-Espagne. Il y a aussi les travaux de maintenance du parc de production national ainsi que l’arrêt des unités hydroélectriques suite à la suspension des irrigations, consécutive aux dernières précipitations. Au niveau des distributeurs, ce plan a généré, pour la soirée du 3 novembre 2008, un aménagement de la charge minimale, de 100MW durant les heures de la pointe du soir, soit 2.5% de la pointe nationale, selon l’ONE. La généralisation du niveau de vigilance et l’adhésion professionnelle et responsable de tous les distributeurs sont un garant de l’efficience d’un tel plan. Il est à noter que plusieurs pays européens ont mis en place un système similaire pour faire face aux fortes perturbations climatiques enregistrées.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *