«Shirley», une crème dangereuse pour la peau

Dans le dernier numéro de sa publication officielle «Toxicologie Maroc» en date du 1er trimestre 2010, le Centre antipoison du Maroc (CAPM) alerte sur l’utilisation de la crème «Shirley». Plusieurs femmes et médecins dermatologues ont contacté le CAPM pour déclarer les effets indésirables secondaires suite à l’utilisation de ce produit. Cette crème qui ne coûte que 13 DH est vendue librement dans les marchés, épiceries et parfumeries. Selon le département de cosmètovigilance du CAPM, ce produit fabriqué à Taïwan est importé et distribué au Maroc sans aucune réglementation. Aucune information n’est mentionnée sur le packaging quant à la composition, les modalités d’emploi et les risques d’effets indésirables. Il est tout juste indiqué qu’il s’agit d’une crème de beauté éclaircissante. Ce produit est dangereux en raison de sa composition. Une analyse au laboratoire de toxicologie a révélé que la crème en question contient une cinquantaine de composés chimiques dont des pesticides de la famille des « carbamates» ainsi que des substances toxiques et très allergisantes. Par ailleurs, le CAPM a mené une enquête exploratoire auprès des dermatologues privés qui lui a permis de collecter 174 cas d’effets indésirables dont la gravité va de la simple rougeur et irritation à la rosacée stade 4. A noter que la rosacée est une maladie inflammatoire de la peau du visage dont le stade 4 est le plus grave. Dans ce cas précis, la peau épaissie forme une boursouflure au niveau de certaines zones du visage (nez, menton, front) ce qui entraîne une déformation importante et persistante. Selon l’enquête, les femmes ayant utilisé cette crème sont âgées de 16 à 45 ans et appartiennent à différentes couches sociales. L’utilisation de la crème Shirley seule est rapportée dans 60% des cas. L’utilisation avec les dermocorticoides est retrouvée dans 25% des cas :Betvenal, Diprosone (procurés en pharmacie sans prescription médicale). 15% des cas ont utilisé cette crème en l’associant avec des plantes ou autres produits. Face aux multiples dangers que présentent les produits cosmétiques de contrefaçon et de contrebande qui inondent le marché national, le CAPM et les dermatologues appellent les Marocaines, qui sont connues pour être de grandes consommatrices de produits cosmétiques à être vigilantes. Ces derniers revendiquent également la mise en place dans les plus brefs délais d’une réglementation sur la composition, la fabrication, la distribution et la vente des produits cosmétiques.

Recommandations du CAPM

Tout professionnel de santé doit sensibiliser les utilisatrices sur les risques secondaires à l’utilisation de la crème Shirley. Les effets indésirables observés suite à l’utilisation de cette crème doivent être déclarés au Centre national de pharmacovigilance au même titre que les effets indésirables des médicaments et des autres produits de santé, afin de contribuer ensemble à la sécurité des patients. Par ailleurs, les pharmaciens ne doivent pas délivrer des dermocorticoides sans prescription médicale.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *