SM le Roi appelle les Marocaines du monde à mettre leurs talents au service de leur pays d’origine

SM le Roi appelle les Marocaines du monde à mettre leurs talents au service de leur pays d’origine

«Nous vous engageons, chères concitoyennes de l’émigration, à œuvrer pour mieux faire connaître la cause juste de notre intégrité territoriale, notamment en déployant tout votre potentiel pour dénoncer, au sein de toutes les instances et de tous les forums, les conditions inhumaines dans lesquelles vivent les Marocains séquestrés dans les camps de Tindouf». En adressant un message haut en symboles aux participantes à la première Rencontre des Marocaines du monde, les 19 et 20 décembre, à Marrakech, SM le Roi Mohammed VI les appelle à mettre leurs talents au service de leur pays d’origine.
SM le Roi Mohammed VI a également dit sa fierté «de relever la présence active et la réussite remarquable des Marocaines résidant à l’étranger et occupant de hauts postes de responsabilité dans les pays d’accueil». «C’est là un parcours digne d’intérêt qui mérite d’être encouragé par tous les moyens disponibles, notamment les échanges d’expériences, l’élargissement des réseaux de communication et l’action commune, outre une organisation libre et efficiente. A cet égard, Nous attendons de la première Rencontre des Marocaines du monde qu’elle contribue à consacrer cette orientation», a-t-il ajouté.
Du Canada, d’Italie, d’Ecosse, de la Palestine, du Royaume-Uni, de France, du Sénégal, d’Algérie, d’Espagne, du Liban…, elles se sont donné rendez-vous à Marrakech avec la ferme volonté de rendre cette rencontre annuelle.
«Le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME), une maison ouverte à toutes et à tous». C’est, en substance, le message que Driss Yazami voulait adresser aux centaines de participants à la cérémonie de clôture des travaux de cette rencontre. Initiée sous le thème «Les Marocaines d’ici et d’ailleurs, mutations, défis et trajectoires», cette manifestation a été un vrai work-shop sur de multiples questions qui animent les débats de ces Marocaines qui évoluent sous d’autres cieux. Devant un large et divers parterre de femmes de différents horizons, le président du CCME a annoncé la création d’un Fonds national sur la recherche en migration qui érigera la question genre en «priorité stratégique». Une approche qui a été soulignée dans le message royal à l’occasion de la première Rencontre des Marocaines du monde. «Eu égard aux qualités qui sont reconnues à la femme Marocaine, en l’occurrence celles de compétence, de rigueur et de patriotisme, outre sa fibre sociale, Nous entendons conforter la contribution efficiente qu’elle apporte, à l’instar de l’homme, à la construction démocratique et au processus de développement. Voilà pourquoi l’approche genre et l’intérêt attentif qui doit être accordé aux questions concernant les Marocaines de l’émigration, figurent en bonne place dans toutes les actions du CCME», a noté le Souverain. «Nous pouvons parler de nos droits la tête haute avec la levée des réserves sur la Convention internationale sur l’élimination de toutes formes de discrimination à l’égard de la femme (CEDEF). Aujourd’hui, on peut dire les droits de l’Homme avec un grand F !», lance Nouzha Skalli, ministre du Développement social, de la Famille et de la Solidarité. «Nous sommes toutes des Marocaines d’ici et d’ailleurs», renchérit Najat M’jid, présidente de l’association Bayti. «Moi, j’ai fait le chemin inverse. Je ne suis pas partie ailleurs, je suis venue ici», note pour sa part Zakia Daoud. Quoi qu’elle se sente toujours «étrangère», cette historienne a délivré aux participantes ses recettes pour vivre ici et ailleurs. Être soi-même, se fonder sur des valeurs qui dépassent les frontières, assumer et fructifier sa différence. 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *