Taourirt : Des chances égales pour quatre candidats

Le retrait de dernière minute de Hamed M’hamed qui devait représenter le PAM aux législatives de 2011 a été un coup dur pour les militants du parti du tracteur au niveau de la province de Taourirt.
C’était un candidat gagnant pour eux. Hamed a expliqué à ALM qu’il s’est retiré pour des raisons de santé et qu’il est convaincu qu’il faut céder la place aux jeunes militants. Argument rejeté par plusieurs responsables régionaux du parti qui n’ont pas apprécié le fait que Hamed, qui avait reçu l’aval du parti depuis belle lurette, ne se soit désisté que quelques heures avant la date butoir de dépôt des candidatures. Hamed a de tout temps bénéficié du soutien de l’une des grandes tribus de la province, les Bni Bouzagou. Et puisque le malheur des uns fait le bonheur des autres, quatre autres candidats sur un total de onze têtes de liste trouvent leurs chances renforcées. C’est le cas de Hassan Hssaini du RNI, Khalid Sbiae du PI, Mohammed Nacer de l’UC et Ismail Filali de l’USFP. Ceci dit, il ne faut pas omettre le rôle que peuvent jouer les électeurs résidant dans les nouveaux quartiers de Taourirt. L’apport des tribus, notamment celles disposant d’une importante masse électorale, est aussi déterminant. Au fait, les deux grandes tribus de la province, à savoir les Bni Bouzaou et Ouled Amar ainsi que les habitants de la localité de Debdou peuvent à eux seuls modifier la donne et favoriser un candidat par rapport à un autre. Parmi ces candidats il y a le socialiste Ismail Filali, qui milite pour des élections «propres». C’est ce qu’il a réitéré lors de la réunion présidée par M’Hamed Heddan, gouverneur de la province, et qui était consacrée à la présentation des différents candidats. Filali avait même demandé à ce que l’ensemble des candidats prêtent serment pour ne pas recourir à l’utilisation abusive de l’argent et l’achat des voix. De son côté, Mohammed Nacer (candidat de l’UC), a d’énormes chances de briguer un mandat, lui qui est déjà connu en tant que vice-président du conseil municipal, membre de la Chambre de commerce et des services d’Oujda, mais surtout président de l’Association Oulad Nacer pour la culture et le développement au niveau de la commune de Oued Za, son fief électoral.  Quant à l’Istiqlalien Khalid Sbiae, un cadre au ministère des finances, il espère faire bénéficier sa région de son savoir-faire : «Nous vivons des moments où l’espoir en un avenir meilleur est permis. Le Maroc évolue de manière rationnelle et prometteuse. De fait, il faut que toutes les compétences s’impliquent dans la gestion de leur pays en initiant ou en proposant des lois et des programmes pour rehausser le niveau de vie d’un pays qui est appelé à mieux faire dans les différents secteurs de développement humain», a-t-il fait savoir. Les mêmes ambitions sont partagées par Hassan Hsaini, l’ancien président du conseil municipal de Laâyoune-Oriental et candidat du RNI qui espère mettre son parti sur les bons rails et compte aussi sur les jeunes électeurs vu son implication dans les différentes activités sportives initiées par les équipes de quartier. Et voici par ailleurs les noms des onze têtes de listes : Mohammed Nacer (UC), Khalid Sbiae (PI), Mohamed Bennasser (PPS), Ismail Filali (USFP), Hassan Hssaini (RNI), Bekkay Touklite (PRV), Hmida Mehjoubi (PJD), Rabeh Aynaoue (MP), Mohammed Salhi (PT), Mohammed Azlaf (FFD) et Said Bekkal (PAD).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *