Télévisions publiques : Le coup de gueule du ministre El Khalfi

Télévisions  publiques : Le coup de gueule du ministre  El Khalfi

Le plus jeune ministre du gouvernement Benkirane n’est pas satisfait du rendement des médias publics. Un sentiment qu’il a clairement exprimé, vendredi 30 mars à Rabat, lors d’une conférence de presse dédiée à la présentation de nouveaux cahiers des charges de la Société nationale de radiodiffusion et de télévision (SNRT) et de Soread-2M. Selon Mustapha El Khalfi, ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, ces documents se basent sur la mise en œuvre des dispositions de la nouvelle Constitution et le respect du programme gouvernemental. Les nouveaux cahiers des charges sont également fondés sur le respect des critères de qualité, de pluralisme, de l’égalité des chances et de la déontologie. Aussi, ces documents prévoient la mise en place du concept de service public dans les mass-médias. Comme ils prévoient de gagner le pari de la compétitivité et mettre à niveau les médias publics dans la perspective de leur libéralisation. De surcroît, ces cahiers des charges intègrent les institutions du pôle public dans le système de la bonne gouvernance auquel un nouveau chapitre a été entièrement consacré. En outre, ces documents tendent à protéger et renforcer les langues nationales officielles dans le champ audiovisuel, à savoir l’arabe et l’amazigh, voire la langue hassanie, ainsi que les différentes expressions linguistiques et culturelles au Maroc. Parallèlement, les nouveaux cahiers des charges visent à répondre aux besoins du public. Dans ce sens, M. El Khalfi a avancé: «les cahiers des charges appartiennent au peuple marocain». A cette occasion, le ministre de la communication a annoncé la mise en place d’une commission chargée de la déontologie des programmes dans les trois mois qui suivent l’entrée en vigueur des cahiers des charges. Il est à signaler que cette mouture, qui a été approuvée jeudi dernier, est prévue d’être publiée la semaine prochaine au Bulletin officiel.  

Ceci étant, la première chaîne sera considérée, en vertu des nouveaux cahiers des charges, comme un service public. Entre autres, Arrabiaa sera, à son tour, transformée en chaîne culturelle. Pour sa part, la chaîne 2M disposera de bulletins d’information à dimension régionale. Chose qui contribuera à la consécration de la régionalisation avancée.   

Par ailleurs, le ministre a annoncé la création d’une chaîne parlementaire. Selon lui, la SNRT se chargera des aspects techniques de cette chaîne, tandis que la responsabilité éditoriale incombe au Parlement. «On ambitionne de lancer cette chaîne à l’occasion de la session d’octobre 2012», a indiqué le ministre. Concernant les radios publiques nationales et régionales, une définition de l’identité propre à chaque chaîne radiophonique sera instaurée pour leur transformation en radios régionales selon le découpage régional en vue.

Pour information, l’élaboration de ces cahiers des charges s’est étalée sur deux mois de travail selon une approche participative basée sur les mémorandums présentés par plus de 35 acteurs concernés et les recommandations formulées lors des réunions tenues par le ministère avec les employés du secteur audiovisuel du pôle public aux niveaux central et régional.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *