Terrorisme : Raquich arrêté à Casablanca

Terrorisme : Raquich arrêté à Casablanca

L’étau se resserre autour des membres de la cellule d’Abdelfettah Raydi, le kamikaze tué par sa bombe dans un cybercafé, le 11 mars à Sidi Moumen. Vendredi soir, c’est le quartier Anassi, non distant du lieu de cet attentat, qui a vécu des heures de grande tension après la localisation d’Abdelaziz Raquich, l’un des individus recherchés par les services de sécurité depuis une dizaine de jours et dont la carte d’identité aurait été trouvée dans la chambre où les kamikazes stockaient les explosifs au quartier Moulay Rachid. Traqué par la police qui le surveillait depuis plusieurs jours à Sidi Moumen, Abdelaziz Raquich s’était réfugié dans un immeuble du quartier Anassi où il avait pris comme otages les membres d’une famille avant de se diriger vers la terrasse où il n’a pas arrêté de menacer de faire exploser la bombe qu’il transportait. Après plusieurs heures de tractations, et cerné de toutes parts par des policiers, Abdelaziz Raquich a fini par se rendre et remettre et le coutelas avec lequel il menaçait ses assaillants et le sac qu’il portait. Ce dernier, après les vérifications faites par des éléments de la police, contenait une bouteille d’eau, un croissant et un morceau de pain. Le fil électrique qu’il présentait comme étant un détonateur n’était relié à aucune charge explosive.
Selon des sources informées, Abdelaziz Raquich, âgé de 27 ans, a à son actif plusieurs agressions à l’arme blanche dans son entourage à Sidi Moumen. Il habitait à quelques encablures du domicile d’Abdelfettah Raydi. Il y a près de deux mois, il a disparu dans la nature pour ne donner signe de vie que récemment.
Des sources de son entourage affirment qu’il était bien l’ami d’Abdelfettah Raydi et d’une bonne partie des individus interpellés après le 11 mars 2007. Toutefois, elles précisent que son importance a été «exagérée». Ces mêmes sources vont jusqu’à comparer Abdelaziz Raquich à Youssef Khouidri, présentant le premier comme étant «mentalement instable». Toutefois, les enquêteurs comptent sur cette dernière interpellation pour en savoir davantage sur la cellule de Abdelfettah Raydi dont pratiquement tous les membres se trouvent aujourd’hui entre les mains des services de sécurité. La semaine dernière, de hauts responsables au ministère de l’Intérieur avaient indiqué que la cellule d’Abdelfettah Raydi avait tout préparé pour des actes terroristes contre plusieurs cibles à Casablanca, Rabat, Agadir et Essaouira. Les explosifs que les membres de cette cellule  devaient utiliser sont identiques à ceux ayant servi le 16 mai 2003 : du TATP. Les services de sécurité, selon les mêmes sources, ont saisi une quantité prête à l’usage de l’ordre de 6,5 kilogrammes sachant que 300 à 350 grammes étaient suffisants de faire les mêmes dégâts que la bombe qui avait déchiqueté Abdelfettah Raydi, le 11 mars.


 Khattab fait son show

Le procès de 50 prévenus, membres de la cellule terroriste baptisée «Jamaât Ansar El Mehdi», a été reporté, vendredi, au 25 mai prochain par la Chambre criminelle (1er degré) de l’annexe à Salé de la Cour d’appel de Rabat. Ce report a été décidé pour permettre à des prévenus nécessiteux de bénéficier d’un avocat dans le cadre de l’assistance judiciaire. Me Mohamed Benchekroune avait décidé, lors de l’ouverture du procès, de reporter ce dernier au 8 juin. Sa décision a suscité la colère des cinquante prévenus qui avaient commencé à manifester leur désaccord de manière plus que bruyante. Après quelques tractations avec les avocats de la défense, la date de la reprise de ce procès a été fixée au 25 mai. Entre-temps, Hassan Khattab et les siens ont assuré le spectacle : des invectives contre les forces de sécurité et surtout contre les Etats-Unis, le tout ponctué de cris. Il s’en est même trouvé un membre de ce groupe, qui a accusé Hassan Khattab d’être l’agent des services de sécurité. Au bout de 45 minutes, le calme est revenu dans la salle.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *