Texte intégral du message royal adressé à la 9ème Conférence de l’ISESCO

"Louange à Dieu.
Prière et salut sur le Prophète, Sa famille et Ses compagnons.
Mesdames, Messieurs.
Il Nous est particulièrement agréable de souhaiter la bienvenue à mesdames et messieurs les membres de la Conférence générale de l’Organisation Islamique pour l’Education, les Sciences et la Culture -ISESCO-, et de leur dire Notre joie de voir le Royaume du Maroc accueillir cette importante conférence islamique. Intervenant après le vingt-quatrième anniversaire de la création de cette prestigieuse Organisation, ces assises se tiennent pour la première fois au siège permanent de l’ISESCO. Grâce aux efforts sincères de son Directeur général, et au soutien conséquent de la part de nombre de Nos frères les dirigeants des Etats membres, cet édifice a été bâti sur le lot de terrain gracieusement offert à l’Organisation islamique par Notre vénéré Père, feu Sa Majesté le Roi Hassan II, que Dieu l’ait en Sa sainte miséricorde. Nous vous souhaitons donc davantage de succès dans vos actions et vos efforts pour la réalisation des objectifs de votre auguste assemblée.

La tenue, dans la capitale de Notre Royaume, de la neuvième Conférence générale de l’ISESCO, témoigne de la ferme volonté qui anime l’ensemble des Etats membres pour donner leur contenu concret aux objectifs assignés à l’action islamique commune, dans les domaines de compétence de l’Organisation, à commencer par ceux de la Conférence constitutive, tenue à Fès, en mai 1982, sous le patronage de Notre vénéré Père, que Dieu sanctifie Son âme.

 Il s’agit ensuite des objectifs énoncés dans les résolutions adoptées à la première Conférence générale, qui s’est tenue à Casablanca en juin 1983, et dont J’ai présidé personnellement la séance inaugurale au cours de laquelle J’ai donné lecture d’une allocution au nom de Mon vénéré Père, que Dieu l’ait en Sa sainte miséricorde.

L’Organisation a, ces dernières années, inscrit à son actif de grandes réalisations qui montrent non seulement qu’elle a été à la hauteur de la mission dont elle est investie, mais qu’elle est devenue une nécessité majeure et un levier important pour le développement et l’essor du monde islamique.
Il ne fait aucun doute pour nous que les domaines d’action, pris en charge par l’ISESCO, ne cessent de s’agrandir, et les besoins qui en découlent de s’accroître. Voilà pourquoi il importe de continuer à soutenir cette jeune Organisation en la munissant de tous les moyens d’action possibles, lui permettant de s’acquitter au mieux de sa mission.

Ceci est d’autant plus nécessaire que le monde islamique traverse une période critique où son identité, sa culture et ses intérêts sont confrontés à divers défis, et qu’il est menacé dans son existence en tant qu’entité, par les changements qui sont à l’oeuvre à l’échelle internationale, et qui contribuent à y attiser les dissensions et les divisions et à aggraver le délitement des valeurs.

Face à cette situation qui ne fait que se compliquer au fil du temps, les responsabilités qui incombent à la communauté internationale s’accroissent et l’interpellent pour qu’elle fédère ses efforts et oeuvre à l’élimination des causes et des facteurs d’aggravation de la tension et de l’instabilité qui prévalent dans de nombreuses régions du monde, notamment au sein du monde islamique. Celui-ci est en proie aujourd’hui à de graves problèmes économiques structurels et en matière de développement, qu’il faut enrayer par des solutions pratiques à même d’aider les musulmans à retrouver leur vigueur et renouer avec le développement global et intégré.

Le savoir, c’est cette force génératrice d’énergie qui confère aux nations et aux peuples les atouts nécessaires pour accéder au progrès et au développement. A cet égard, l’Organisation entend, entre autres objectifs majeurs, consolider, promouvoir et approfondir la coopération entre les Etats membres dans les domaines de l’éducation, des sciences, de la culture et de la communication, tout en développant les sciences appliquées et l’utilisation de la technologie de pointe. Ces objectifs se rejoignent tous dans ce qu’il est convenu d’appeler l’industrie du savoir et de la connaissance.

C’est la raison pour laquelle l’amélioration de la situation du monde islamique reste largement tributaire des réalisations accomplies par l’ISESCO dans ses domaines de compétence. Celles-ci s’inscrivent dans le cadre de la mise en oeuvre rigoureuse et rationnelle des stratégies établies et adoptées par la Conférence du Sommet islamique au cours de ses sessions successives. Il s’agit notamment des trois stratégies majeures touchant les domaines de la culture, des sciences, de la technologie et de l’enseignement supérieur.

A cet égard, il incombe à la Conférence générale de l’Organisation islamique -ISESCO- d’oeuvrer pour faire avancer l’action islamique commune dans ces filières névralgiques, moyennant l’adoption de résolutions de nature à donner une nouvelle impulsion à l’action de cette Organisation. D’ailleurs, force est de constater que cette institution ne cesse de se développer et de mettre à niveau ses activités au fil des années, tout en s’ouvrant largement à l’international, par les efforts déployés dans le cadre du dialogue des cultures, de l’alliance des civilisations, et de la dissémination des valeurs de paix et de coexistence.

Dans ce contexte, l’ISESCO remplit le rôle efficient, voire vital qui est le sien, en matière de planification, de coordination et d’élaboration des projets éducatifs, scientifiques, culturels et en matière d’information, outre son ouverture sur le monde, qui s’opère à travers le vaste réseau de relations tissées avec les plus grandes organisations internationales et régionales.
Aussi saisissons-Nous cette occasion pour rendre hommage à cette institution, ainsi qu’à ses responsables dont Nous saluons les efforts. Nous leur souhaitons davantage de réussite dans leur mission, et les assurons de Notre sollicitude et Notre estime.
Les pays islamiques sont aujourd’hui appelés à faire preuve de plus de solidarité, de coordination et de coopération dans ces domaines névralgiques, qui forment le socle de toute civilisation. Nos générations montantes pourront ainsi grandir dans un environnement sain, leur garantissant un épanouissement intellectuel et psychique harmonieux, et les mettant à l’abri des dérives que pourraient engendrer l’extrémisme, la perte des repères et le vide spirituel.

C’est là qu’intervient l’ISESCO pour jouer le rôle qui lui incombe de soutenir les Etats membres dans les efforts qu’ils déploient afin de se doter d’un système éducatif efficient et équilibré, ainsi que d’une culture constructive qui se ressource aux matrices originelles, tout en s’imprégnant de l’esprit du temps, une culture qui préserve les valeurs immuables de l’islam et qui se nourrisse, en même temps, de tout ce qui est nouveau et utile, bénéficiant en cela de l’apport des sciences modernes capables de consolider cette entité qu’est la Oumma, d’en raffermir les assises économiques et d’en renforcer la croissance et le développement.

Il importe, en outre, de mettre à contribution tous les moyens d’information et les programmes d’enseignement afin de raffermir les liens entre les peuples islamiques et d’en assurer le rapprochement. Il s’agit, pour cela, de mettre un terme aux dissensions doctrinales et aux divisions ethniques qui y sévissent, et d’enrayer les facteurs de leur affaiblissement et de déclin de leur civilisation.

Le monde islamique est toujours loin de remplir les conditions requises pour assurer à ses populations une vie digne, et qui pourraient faire de lui une entité forte, n’ayant rien à envier à ses pairs, et ce, nonobstant l’esprit de tolérance qui fonde la religion islamique, et les ressources matérielles et humaines considérables qu’il recèle. Aussi devrions-nous nous acquitter des responsabilités qui sont les nôtres pour assurer le renouveau civilisationnel du monde islamique, armés en cela d’une foi inébranlable, de science et de savoirs de pointe, et oeuvrant dans le cadre d’une action collective cohérente où se conjuguent et se complètent les efforts et les potentialités, et où s’opère une réelle synergie entre les volontés et les initiatives.

Forger les esprits et former les générations de demain sont deux objectifs assignés à l’Organisation islamique -ISESCO-, mais qui relèvent aussi de la responsabilité collective de tous les Etats membres. C’est un devoir partagé par les gouvernements, les élites intellectuelles et les sociétés civiles. En effet, il n’y a pas que la paix qui se construise dans les esprits. La notion de développement se conçoit, à son tour, dans les esprits forts et aptes à mettre à contribution le savoir et la science pour assurer l’essor, le développement et le bien-être de la société.

L’ISESCO, qui bouclera au mois de mai de l’année prochaine un quart de siècle d’existence, est devenue aujourd’hui un hub d’expertise et un foyer mondial où convergent les compétences académiques issues de différents pays du monde islamique. C’est également un forum international pour le dialogue et la recherche de dénominateurs communs entre les humains. Son ambition est d’aider à édifier un monde nouveau où prévalent les valeurs de fraternité, de concorde et de paix.

Nul doute que cette grande Organisation islamique, qui jouit de l’appui de tous les Etats membres, contribuera, par son action déterminée, à alléger les fardeaux qui pèsent sur les pays islamiques. En effet, ceux-ci ont besoin d’une assistance académique et technique accrue pour réaliser une croissance forte et soutenue, en prélude à la concrétisation du développement humain durable auquel ils aspirent, et pour pouvoir mettre en oeuvre leurs politiques nationales en matière d’éducation, de sciences, de culture et de communication.

Puisse Dieu guider vos pas et vous accorder aide et assistance dans votre action en faveur de la grandeur, de la dignité, de l’essor et du bien-être de la Oumma islamique. Wassalamou alaikoum wa rahamatoullahi wabarakatouh".

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *