« Tous les Marocains doivent être consultés »

« Tous les Marocains doivent être consultés »

ALM : Taïeb Fassi-Fihri a affirmé dans une interview accordée à l’agence espagnole Europa Press que le Maroc est prêt à entamer des négociations directes avec le polisario. Que pensez-vous de cette nouvelle position marocaine ?
Mohamed Moâtassim : L’affaire de notre intégrité territoriale est trop importante pour la soumettre à des spéculations ou à de simples hypothèses. Il me semble que notre pays a pris des engagements irréversibles, parce que basés sur une légitimité juridique et historique indiscutable. Maintenant, si une telle information se confirme, je tiens à rappeler que le dialogue direct avec le "polisario" se faisait jusqu’ici de façon secrète et informelle. Aussi, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y a sinon un changement, du moins une évolution notable dans la position officielle marocaine.

Vous semblez être sceptique, alors que le ministre délégué aux Affaires étrangères a précisé que les négociations avec le polisario ne se feraient que si l’Algérie engage sa responsabilité…
Je continue à penser que la position marocaine dénote d’une évolution notable, même si l’Algérie semble, à en juger par votre question, chapeauter le "polisario" en engageant sa responsabilité dans le nouveau dialogue avec le Maroc. A mon avis, tout cela reste à clarifier devant l’opinion publique marocaine exigeante, car on ne peut plus engagée et concernée par cette affaire sacrée, celle de notre intégrité territoriale.

Justement, Taïeb Fassi-Fihri a souligné que les résultats des négociations, c’est-à-dire le statut final de l’autonomie, seront soumis à un vote populaire. Qu’en pensez-vous ?
Nous sommes en droit de nous interroger, si vote il y a, sur l’identité des votants. Il est de notoriété publique que le vote local a déjà montré ses limites, il me semble complètement dépassé par les évènements. L’ONU et les parties connaissent pertinemment bien les problèmes liés à l’identification des électeurs. Il serait donc logique, compte tenu des principes et valeurs que le Maroc a toujours défendus, que les résultats des négociations et le statut de l’autonomie soient soumis à l’appréciation des Marocains, de Tanger à Lagouira.

Comment qualifiez-vous le flou qui caractérise cette nouvelle position marocaine, surtout concernant le volet de la consultation populaire ?
Nous ne voulons pas intenter un procès d’intention à nos officiels. Au contraire, le plus important dans ce changement de position, c’est d’impliquer entièrement la responsabilité algérienne et mettre un point final à cette affaire. En d’autres termes, il faut reconnaître que le Maroc vient, encore une fois, de donner à l’opinion publique internationale, la preuve de sa bonne foi et sa disponibilité constante à débloquer la situation, bien évidemment dans le respect total de sa souveraineté sur ses territoires.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *