Trois banques marocaines dans le capital de l’Afreximbank

Le Conseil de gouvernement a adopté, jeudi 19 août 2010, la création de la Banque africaine d’import-export (Afreximbank) . De ce fait, trois banques marocaines participent au capital de l’Afreximbank. Il s’agit de la Banque populaire, la Banque marocaine pour le commerce extérieur et la Caisse nationale du Crédit agricole. L’adoption du Maroc vient quelques années après la ratification de cette convention à Abidjan, plus précisement le 8 mai 1993, ainsi que le projet de loi n° 30-10 portant approbation du principe de l’adhésion du Royaume à cette nouvelle entité bancaire. En effet, le projet de loi n° 30-10 comporte un article unique en vertu duquel le Maroc donne son accord de principe pour adhérer à la convention relative à la création de la Banque africaine d’import-export. Lors d’un point de presse à l’issue du Conseil de gouvernement, le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Khalid Naciri, a indiqué que le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Taïeb Fassi Fihri, a souligné, lors cette réunion, que la création de cette banque a pour but de faciliter et de développer les échanges commerciaux interafricains. Fondée sur la base de partenariat mondial, l’Afreximbank vise à promouvoir le commerce intra et extra régional, donnant ainsi un nouvel élan aux échanges africains. Puisant ses origines de la Banque africaine de développement (BAD), la Banque africaine d’import-export a été créée sur la base de deux instruments constitutifs, à savoir l’accord signé par les états membres et qui confère à la banque le statut d’organisation internationale ainsi que les statuts signés par tous les actionnaires qui donnent le cadre général de gouvernance de la banque, selon la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (UNCTAD). La qualité de membre au sein d’Afreximbank est octroyée aux pays africains, aux institutions financières et aux organisations économiques internationales à dimension continentale, régionale et sous-régionale, outre les banques, institutions financières et investisseurs africains et non africains aussi bien des secteurs public que privé. Pour rappel, la Banque africaine d’import-export a décidé de démarrer ses opérations, en 1994, en offrant des services de crédit qui semblaient être le domaine où la demande était la plus importante. Pour sa part, l’octroi d’assurance-crédit était remis à plus tard. Cette décision intervient après que les analyses ont démontré que la majeure partie des exportations africaines a été destinée à des pays de l’OCDE perçus comme de faibles risques. Ainsi, la banque a soutenu les exportations en utilisant différents Programmes de crédits en l’occurrence le Programme de ligne de crédit (PLC), le Programme de financement direct (PFD) et le Programme de financement lié aux projets.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *