Trois questions à Miloudi Moukharik, Secrétaire général de l UMT

Trois questions à Miloudi Moukharik, Secrétaire général de l UMT

ALM : Quelles sont les décisions prises lors de votre réunion avec les responsables de la FDT et la CDT ?

Miloudi Moukharik : Le siège de l’UMT à Casablanca a effectivement abrité une réunion très importante dans l’histoire du mouvement syndical du Maroc avec la participation de trois grands syndicats hautement représentatifs, à savoir l’UMT, la FDT et la CDT pour coordonner leurs actions, unifier leurs revendications et décider de leurs mesures communes au futur.

Je tiens à préciser que cette coordination existait déjà dans le passé mais le processus de coordination a été renforcé et accéléré à cause de l’offensive menée par le gouvernement depuis quelques mois sur les droits des travailleuses et des travailleurs marocains. Le gouvernement a gelé le dialogue social et les salaires. De même, il a préparé clandestinement un projet de loi sur un droit constitutionnel, en l’occurrence la grève, sans parler des atteintes aux libertés syndicales et les mesures antidémocratiques annoncées pour les régimes de retraite, notamment la CMR.

Quels sont les détails du mémorandum que vous allez transmettre au chef de gouvernement ?

Nous avons publié une déclaration commune à l’issue de notre réunion dans laquelle nous réitérons la disposition de nos syndicats à ouvrir un dialogue sérieux et responsable mais les résultats et décisions découlant de ce dialogue ne doivent en aucun cas se faire aux dépens des intérêts de la classe ouvrière et des travailleurs. Dans le même sens, nous allons adresser au chef de gouvernement la semaine prochaine un mémorandum avec tous nos revendications et points de vue. Nous allons également lancer un ultimatum au gouvernement avant que nos instances de coordination ne se réunissent pour prendre une décision sur la base de la réaction gouvernementale.

Est-ce que l’UGTM pourrait vous rejoindre ?

Nous avons voulu notre coordination ou notre front syndical si je puis dire, loin de toute considération politique ou action partisane. Le premier et le seul souci pour nous reste la préservation des intérêts des travailleurs et salariés sans une instrumentalisation ou orientation d’une quelconque partie politique. Ceci dit, nous restons ouverts à toutes les initiatives de bonnes volontés qui désireraient rejoindre notre coordination purement et uniquement syndicale.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *