Un chantier de règne pour la lutte contre l’exclusion sociale

Un chantier de règne pour la lutte contre l’exclusion sociale

Cinq ans après le lancement de l’initiative nationale pour le développement humain (INDH) par SM le Roi, ce chantier a enregistré les premiers résultats encourageants. Visant à lutter contre les différentes formes de pauvreté, d’exclusion sociale et d’enclavement, et ayant pour but de répondre aux premières nécessités des habitants des zones marginalisées, ce chantier d’envergure compte près de cinq millions de bénéficiaires. Depuis le lancement en 2005 de l’INDH et sous l’impulsion royale, près de 20.000 projets ont été réalisés ou programmés, dont plus de 2.700 activités génératrices de revenus. Ces projets mobilisent environ 12 milliards DH d’investissements, dont 40% sous forme de contributions des partenaires de l’INDH, à savoir les collectivités locales à hauteur de 20% et la coopération internationale 20%. Ainsi, cette initiative ambitieuse est intervenue dans pas moins de 264 quartiers urbains et a mis en marche des projets dans quelque 403 communes rurales, comprenant également 70 plans provinciaux de formation et 70 plans provinciaux de communication de proximité. «Nous avons œuvré pour que le citoyen soit, à la fois, l’acteur, le moteur et la finalité même de toutes nos initiatives et tous nos projets de réformes et de développement. C’est dans cet esprit que Nous avons lancé l’Initiative nationale pour le développement humain», avait souligné SM le Roi Mohammed VI en juillet 2009 dans son discours à l’occasion du dixième anniversaire de la fête du Trône. Ainsi, ce chantier opère grâce à sa méthode participative, incluant services gouvernementaux et société civile. L’INDH agit sur un large éventail de domaines, ses projets portent notamment sur l’encouragement à la scolarisation, l’approvisionnement en eau potable, la création de centres d’accueil pour handicapés ou encore le financement de projets générateurs de revenus. Rappelons dans ce cadre que les efforts du gouvernement sont axés sur l’amélioration de l’attractivité du tissu coopératif à travers la réforme de son cadre juridique, de la gouvernance des coopératives et des mécanismes de leur gestion, la valorisation de leurs produits et l’amélioration de leur qualité pour faciliter l’accès aux réseaux modernes de distribution et de commercialisation. Par ailleurs, l’année 2010 a été marquée par le désir d’insuffler une nouvelle impulsion à cette initiative. Ainsi, il s’agit de la soumission, sous-Hautes Instructions Royales, des projets réalisés dans le cadre de l’INDH au contrôle et à l’évaluation, en donnant corps aux recommandations de l’Observatoire national de l’INDH. Selon l’oObservatoire national du développement, l’INDH a permis une redistribution de ressources vers les communes et quartiers les plus pauvres à travers le territoire national. Dans ce sens, un montant annuel moyen équivalent à 0,3% du PIB a été distribué au cours de ces trois dernières années. L’ONDH préconise l’augmentation de ce montant à 0,5% puis à 1% au moins du PIB, pour avoir un effet de levier conséquent à même d’impacter durablement l’économie de ces espaces. Par ailleurs, afin de parachever la réalisation des projets lancés et de préparer une vision stratégique pour la période 2011-2015 une Commission ministérielle a été créée récemment, ainsi qu’un comité de pilotage élargi qui aura pour tâche de proposer une vision globale mais aussi d’arrêter les méthodes de travail précises qui permettront de mener à bien l’ensemble des projets qui auront été définis.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *