Un concept qui se veut novateur

L’avantage de ce festival si son programme reste le même, tel qu’il a été élaboré au départ, est qu’il ne se contentera pas de présenter une série de manifestations. Des artistes seront contactés à qui l’on passera commande sur des oeuvres inédites qui feront partie du patrimoine culturel et architectural de casablanca. Créativité, conception et production, trois mots clefs pour définir l’objectif de ce festival. Par exemple, Ikram Kabbaj, sculpteur nous offrirait une oeuvre qui prendrait place dans le quartier des Habous. Les expositions donneraient lieu à des monographies. Les visites guidées dans le centre ville, la médina et le quartier des Habous engendreraient des guides architecturaux. Des catalogues illustreraient chaque activité. Un festival « producteur » qui réconcilierait les casablancais avec leur ville et insufflerait à cette dernière une âme inscrite dans la modernité et la contemporanéité.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *