Un demi-million de Marocains logent dans des habitations menaçant ruine

Dans sa réponse à une série de questions orales à la Chambre des représentants relatives aux "dangers des habitations menaçant ruine", le ministre a relevé que ce type de structure concerne les immeubles et constructions situés dans le tissu ancien des anciennes médinas et les quartiers non réglementaires ne répondant pas aux lois et règlements en vigueur, situés essentiellement dans les périphéries et les banlieues des grandes villes.

Le ministre a ajouté, dans cette réponse lue en son nom par M. Mohamed Boussaid, ministre chargé de la modernisation des secteurs publics, que cette question représente actuellement une problématique complexe, étant donné qu’il existe au Royaume plus de 35 anciennes médinas.

Ceci est d’autant plus complexe que la majorité des locataires des habitations menaçant ruine n’en sont pas les propriétaires, a-t-il relevé, ajoutant qu’il est difficile de recenser le nombre réel de ces structures dans l’absence d’expertises techniques.
M. Hjira a noté dans ce sens que son département a mené et adopté une série de projets et de programmes relatifs à plusieurs agglomérations, dont le programme de réhabilitation des villes de Fès, Essaouira, Marrakech, Larache et Meknès, ainsi que le programme de projets sectoriels relatif essentiellement aux villes de Chefchaouen, Tanger, Tétouan et Oujda.

Le ministre a de même ajouté que le gouvernement entend adopter un programme national s’inscrivant dans le cadre d’une approche globale visant principalement la protection des citoyens, et basée sur trois axes majeurs relatifs à la révision d’une série de lois et la création de nouveaux mécanismes de prévention et de gestion des risques.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *