Un dispositiif technique opérationnel

La décision du Conseil constitutionnel sur certains articles de la loi organique des élections n’entrave nullement les préparatifs des prochaines échéances électorales, d’autant plus que le gouvernement devra, à partir de demain, procéder ‘‘aux corrections de sa copie ». Des corrections pour que le texte ne soit plus entravé d’un quelconque soupçon d’incompatibilité avec la Constitution. Mais le travail se poursuit sur le plan technique pour que les élections se déroulent dans les meilleures conditions…
Deux axes principaux constituent le gros du travail à accomplir sur ce plan-là. D’abord, les listes électorales : concernant ce point, le gouvernement avait opté pour la mise à jour des listes existantes, avec le toilettage qu’il faut. Un travail qui devrait constituer une garantie essentielle de la bonne marche des opérations électorales à venir, sachant qu’il est impossible d’avoir des élections propres avec des listes lacunaires. Le renouvellement des listes a donné lieu à une révision bien profonde. Aussi, les commissions en charge de ce chantier ont-elles procédé à la radiation de 228.637 inscrits. Il s’agit de 97112 toujours inscrits alors qu’ils sont décédés. «Cela peut arriver qu’un mort reste inscrit dans une liste électorale. Des erreurs de ce type existent. Cela ne dérange pas outre mesure. Mais le problème grave est celui d’un mort qui vote», tient à préciser Driss Jettou, ministre de l’Intérieur.
Outre les morts, il y a 18 466 radiés des listes électorales pour incapacité. Un terme qui regroupe plusieurs catégories, dont notamment ceux condamnés pour des crimes passibles de déchéance des droits civiques. 85 190 pour des changements d’adresse et dont la mise à jour n’a pas été faite, 15 102 inscrits deux fois, pour une raison ou une autre, 21 128 radiés pour faute matérielle (faute de frappe, de noms…) 6 061 autres radiés concernent ceux qui étaient inscrits dans le lieu duquel dépendait leur commerce (patente), en plus de 3578 radiés pour raisons diverses…Le résultat de l’opération est de 1 486 321 nouveaux inscrits. On est valeur aujourd’hui quelque 14 125 279 inscrits, sur une population totale de 29 millions, soit une proportion de 50%. Ce qui fait dire à M. Jettou que l’opération était une véritable réussite. Deuxième point essentiel dans l’opération électorale et qui faisait jaser est l’annonce des résultats. Engagement est pris maintenant pour que les résultats soient donnés en temps réel. Plus de centralisation des résultats avant proclamation. Tout doit être réglé au niveau de la wilaya. Et pour donner plus de gages de transparence, la presse est conviée aux divers PC régionaux. Les journalistes pourront ainsi suivre le déroulement des opérations et être témoins de la proclamation des résultats sur place.
D’autant plus qu’à l’image de ce qui se passe dans des pays développés, les caméras de télévision retransmettront en direct les minutes de l’opération électorale. Et l’évolution des résultats… Quant aux observateurs, qu’ils soient nationaux ou internationaux, ils peuvent être de la fête. « On n’a rien à cacher», lâche M. Jettou…
Quant à la commission de communication, elle est tout simplement du ressort du ministère de la Communication et ne relève plus, comme par le passé, du ministère de l’Intérieur. Une campagne audacieuse de par son message, qui ne fait pas dans la dentelle, pour parler de l’achat des voix, sera bientôt lancée…
Il est impensable d’évoquer les élections sans parler du coût de leur réalisation. Difficile de parler d’un chiffre exact dès maintenant, mais selon M. Jettou, le coût de l’opération est à revoir à la hausse et il devrait atteindre les cent cinquante millions de dirhams, au lieu de 120 précédemment… Alors que les membres des bureaux de vote s’élèveront à pas moins de 500 000, pour couvrir les 50 à 55 000 bureaux prévus.
L’objectif de toute cette opération de relifting est d’aller vers des élections propres et honnêtes, selon M. Jettou. Chose qu’on ne peut réaliser sans dégâts quand on sait que sur la scène politique, il y a au moins une trentaine de partis. «Il y en aura moins de trente au finish », dixit le ministre de l’Intérieur…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *