Un marocain inculpé d’assassinat et de viol des deux fillettes de Liège

Inculpé jusqu’ici pour enlèvement et séquestration, Abdallah Ait Oud, un belge d’origine marocaine de 39 ans, a vu s’alourdir les charges contre lui.
Ces derniers jours, les enquêteurs, la police scientifique et la médecine légale ont pu réunir des éléments compromettants, selon les médias.

Des botanistes auraient trouvé sur le jeans d’Abdallah Aït Oud des pollens identiques à ceux que l’on trouve le long de la voie ferrée, là où les corps des deux fillettes ont été découverts.

Cependant, les pollens retrouvés sur les vêtements d’Abdallah, ne sont pas strictement limités à l’endroit en question, affirment des observateurs. Pour eux, cet élément n’est pas suffisant pour faire condamner l’inculpé.

Mais les charges qui pourraient faire la différence concernent des fibres textiles. Des particules similaires à celles du pantalon que le suspect portait le soir du drame auraient été découvertes sur les vêtements de Nathalie.

Face à ces nouveaux éléments, les enquêteurs ont de nouveau interrogé le suspect dimanche jusqu’à minuit, attendant des aveux. Mais en vain.
Et bien que l’étau se resserre autour d’Abdallah Ait Oud, le mystère plane toujours sur ce double assassinat, qui a mis en émoi toute la Belgique, et rappelé le souvenir de Julie, Melissa, Ann, Eefje et Loubna Benaissa, tuées il y a environ 10 ans, également par des criminels sexuels.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *