Un tribunal de Barcelone examine l’affaire de l’assassinat d’un marocain pour motifs racistes

Le jeune Marocain, Mouhcine C, âgé à l’époque de 21 ans, avait été agressé de façon sauvage par les deux videurs d’une boîte de nuit dans la localité de Malgrat de Mar dans la banlieue de Barcelone.

Une bagarre avait éclaté vers cinq heures du matin de la journée du 14 janvier 2001 entre plusieurs clients de la discothèque et les deux accusés Salvador S.R et Jaime T.B, pour des raisons inconnues.
Voulant intervenir, le jeune Marocain a été sauvagement battu par les deux videurs qui lui ont assenés des coups partout dans le corps avant de le jeter par terre et de continuer à le frapper à la tête avec un objet contendant dans l’intention manifeste d’en finir avec lui.

Le jeune Marocain, qui s’est rendu chez lui quelques heures après l’agression, a refusé de se rendre à l’hôpital en dépit des conseils de sa famille, affirmant ne souffrir que de lésions externes. Le lendemain, son état a empiré et il est entré dans le coma. Sa famille a décidé alors de le transporter à l’hôpital de Calella de Barcelona avant que les médecins ne le dirigent vers l’hôpital Germans Trias i Pujol de Baladona (Barcelona).

Dix jours après l’agression, le jeune Marocain qui n’est pas sorti du Coma, va perdre la vie. Les médecins, qui ont constaté sa mort cérébrale, ont diagnostiqué une fracture du crâne et une hémorragie cérébrale.

La famille de la victime, qui s’est constituée partie civile, ainsi que le ministère public, accusent les deux videurs d’être responsable de la mort du jeune Mouhcine. Les deux videurs doivent répondre du délit d’assassinat avec préméditation et pour motifs racistes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *