Un volume de 1440 milliards DH, soit 123 milliards DH de moins qu’en 2010

L’activité monétique a fait preuve d’une nette évolution en 2011. Le nombre de paiements par carte est en hausse de 21,8% en nombre et 22,7% en valeur. Le total des opérations a atteint, pour la même période, les 17,2 millions. En établissant une évaluation des instruments de paiement échangés à travers les circuits interbancaires, Bank Al-Maghrib (BAM) attribue, dans son rapport annuel, cette hausse à l’accroissement des paiements à travers les terminaux de paiement électroniques (TPE), soit une valeur de 7,6 milliards DH pour 12,4 millions d’opérations. En effet, les opérations sur TPE représentent 72% des transactions effectuées en 2011, au moment où les paiements sur GAB occupent une part de 23,8%. Dans la même optique, le nombre de paiements par carte s’est établi à 25% contre près de 23% en 2010. En outre, 138 milliards DH ont été retirés par carte en 2011 pour un total de 162 millions d’opérations contre 139 millions d’opérations en 2010. Les cartes internationales au Maroc ont totalisé pour leur part 9,1 millions d’opérations, soit un total de 14,4 milliards DH contre 14,5 milliards DH en 2010. En somme, 51,6 millions d’opérations ont été échangées, en 2011, via le système interbancaire marocain de télé-compensation (SMIT). Ce total marque une hausse de 9,3% par rapport à l’année précédente. Cette progression est expliquée d’une part par la légère hausse du nombre de chèques  télé-compensés estimé à 27,2 millions en 2011 et de l’autre par l’augmentation des virements échangés, soit 16,1 millions contre 15 millions en 2010. De même, 3,4 millions de lettres de change normalisées (LCN) ont été traitées en 2011. La même année a également connu une nette progression des prélèvements échangés, en hausse de 88,5%, soit 4,8 millions d’opérations enregistrées. En revanche, les montants bruts échangés ont chuté de 7,8%, soit un volume de 1.444,3 milliardsDH contre 1.567,7 milliards DH en 2010. Un repli relatif à la baisse des virements échangés (-43%), qui selon BAM, est «inhérente à l’utilisation soutenue de la plate-forme d’échange du système des règlements bruts du Maroc (SRBM) pour l’exécution des ordres de virement de gros montants, particulièrement suite au plafonnement unitaire à 10 millions de dirhams des ordres de virement transitant par le SMIT». Notons que les chèques dominent l’ensemble des paiements scripturaux à hauteur de 53% marquant un léger repli par rapport à l’année dernière. Les virements sont à hauteur de 31% contre 9% des prélèvements et 7% des LCN. S’agissant des échanges en bilatéral, 2.081 opérations ont été traitées en 2011, soit une valeur de 1,1 milliard DH, soit 0,07% des échanges interbancaires de l’année. «Les lettres de change non normalisées continuent de représenter l’essentiel des échanges en bilatéral, avec une part en nombre de 66,4% du total des transactions», souligne la BAM.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *