Une banque qui se porte bien

Depuis la nomination de Noureddine Omary à la tête de la Banque Centrale Populaire, en février 2001, la réforme, décidée par le Parlement, de cette banque poursuit son chemin. Trois objectifs sont visés par le mouvement de déconcentration de la BCP. D’abord, le renforcement de l’autonomie des Banques populaires régionales, qui devront faire partie intégrante du tour de table avec 21% du capital (elles ne détiennent que 0,2%). Pour le moment, l’Etat continue à détenir 92%, avec une participation directe de 67%. Par le biais de Bank Al-Maghrib, la participation indirecte est assurée (BNDE, CDG, CNCA et OCP).
Cette dernière participation est censée se réduire à 5%. Ensuite, la modernisation des organes de gestion. Son Conseil d’administration a été réduit de moitié. Il est passé de 25 à 12 membres. Enfin, la transformation de l’établissement en société de participation. La décision de passage à une SA à capital fixe est déjà prise. L’audit réalisé par Standard & Poor’s a fait ressortir une bonne santé de la banque, en dépit des irrégularités constatées. Tant au niveau de la position commerciale, des liquidités que de la capitalisation.
De bonnes notes ont été attribuées à la BCP. B pour le court terme (très peu de risque) et BB pour le long terme. La banque détient aussi une bonne place dans l’échiquier bancaire. Une bonne part de marché du près de 20% pour les crédits et 30% pour les dépôts.
La force du groupe provient surtout de son implantation précoce en Europe dans les pays de grand accueil des Marocains résidant à l’étranger (MRE). Grâce à une position de monopole (et à la garantie de l’Etat), maintenue pendant trop longtemps, la BCP réalise aujourd’hui le plus grand dépôt et transfert. C’est cette clientèle MRE qui continue aujourd’hui à lui assurer la place d’une des toutes premières banques marocaines. Dès lors, la bataille sera rude pour continuer à jouer ce rôle, tant il est vrai que la donne risque de changer. Surtout avec les multiples déboires de nos concitoyens émigrés et avec la concurrence que lui livrent d’autres banques.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *