Une convention de crédit de 240 millions d’euros avec l’AFD

Un crédit, d’un montant de 240 millions d’euros a été accordé à l’Office chérifien des phosphates (OCP) par l’Agence française de développement (AFD). En effet, une convention de crédit a été signée entre les deux parties mardi 4 mai à Paris, pour le financement d’un système de minéroduc ou slurry pipeline pour le transport des phosphates par voie humide entre les mines de Khouribga et le site industriel de Jorf Lasfar. La convention a été signée par El Mostafa Sahel, ambassadeur du Royaume du Maroc en France, Mostafa Terrab, président-directeur général du Groupe OCP et Jean-Michel Debrat, directeur général par intérim de l’AFD. Selon un communiqué de l’OCP, le groupe est actuellement engagé dans la préparation et la mise en œuvre d’un important programme d’investissements allant à 6,3 milliards d’euros à l’horizon 2020 qui portera la production des phosphate bruts de 28 à 47 millions de tonnes dont environ 80% seront transformés localement. Le projet de minéroduc, comprenant un mineroduc principal et des mineroducs secondaires d’une longueur totale de 235 km et d’une capacité de 38 millions de tonnes par an, permettra de transporter par voie humide la totalité de la production des phosphates des mines de Khouribga vers l’industrie locale de Jorf Lasfar et vers l’export via le port de Jorf Lasfar. Il permettra, également, d’améliorer la compétitivité de l’OCP par la baisse des coûts de production et d’économiser les émissions de gaz à effet de serre, à hauteur de 710.000 tonnes par an évitées, grâce à l’abandon du séchage avant transport. Cet accord inaugure, ainsi, un véritable partenariat à long terme entre l’AFD et l’OCP dans le cadre d’une démarche partagée de développement durable. Aussi, le projet du pipeline permettra le transport hydraulique de toute la production en phosphate de Khouribga vers Jorf Lasfar et la réalisation d’importantes économies d’eau et d’énergie, l’éradiquation de toutes les formes de pollution atmosphérique et poussiéreuse liées au transport des phosphates par train ainsi que la limitation des risques d’accidents liés à la voie ferrée. Quant à l’utilité industrielle du projet de slurry-pipeline, elle se résume en une modification profonde de l’approche transport des phosphates au Maroc et permettra ainsi au Groupe OCP d’augmenter ses capacités de production et d’exportation de ce minerai stratégique. Il permettra notamment d’assurer l’approvisionnement de la plate-forme de Jorf Lasfar qui accueillera dix nouvelles unités de production d’acide phosphorique et d’engrais à l’horizon 2020. Parallèlement, le pipeline contribuera de façon significative à l’amélioration de la compétitivité de l’OCP et de réaliser ainsi deux objectifs : baisse des coûts de production et augmentation de la part de marché.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *