Une délégation américaine s’intéresse à la situation des séquestrés de Tindouf

Les ralliés ont livré des témoignages poignants sur le drame humain vécu par les séquestrés dans les camps de la honte, en territoire algérien, dénonçant par la même le blocus imposé à ces derniers dans une région aride et isolée, dans laquelle ils subissent continuellement répression et humiliation.

Les intervenants ont rappelé les circonstances de leur retour des camps, soulignant qu’ils ont pris la décision de regagner la Mère-patrie en parfaite connaissance de cause, après avoir saisi le caractère fallacieux des thèses du "polisario".

Ils ont également évoqué le contexte historique qui a vu la genèse du "polisario" et les drames engendrés par ce conflit artificiel, dont l’une des conséquences est la dislocation des familles. Ils ont de même relevé les mensonges auxquels se livre la direction du "polisario" pour berner l’opinion publique internationale.

Les intervenants se sont aussi élevés contre le mercenariat, une pratique courante chez la direction du "polisario" qui fait écouler les aides destinées aux séquestrés sur des marchés de pays avoisinants.

Dans le même ordre d’idées, ils ont fourni des précisions sur la situation dramatique des enfants dans ces camps et les procédés utilisés par le "polisario" pour les éloigner de leurs familles, en les déportant à Cuba, en vue de les soustraire à leur identité et à leurs traditions.

Les ralliés ont invité les membres de la délégation américaine à informer l’opinion publique de leur pays sur les pratiques inhumaines que subissent les séquestrés dans ces camps, soulignant la nécessité d’agir d’urgence en vue de mettre un terme à ce drame.

Ils ont été unanimes à affirmer que la proposition d’autonomie dans le respect de la souveraineté marocaine est la solution idoine pour le règlement de ce conflit qui n’a que trop duré. Ils ont souligné l’impératif de faire en sorte que les séquestrés dans les camps de la honte puissent rejoindre leur Mère-patrie et retrouver les leurs dans les provinces du sud du Royaume, en vue de contribuer au processus de développement du pays, sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI.

La délégation américaine était arrivée lundi à Dakhla pour une visite de trois jours. Les membres de la délégation ont à cette occasion visité nombre d’établissements et pu constater de visu le développement économique et urbanistique de la région de Oued Dahab-Lagouira.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *