Une famille marocaine poursuit en justice un centre d’hémodialyse égyptien suite au décès de sa fille

Dans une déclaration à la MAP, la mère de la défunte, Mme Bahija Bensghir a affirmé que sa fille qui souffrait d’une insuffisance rénale avait été admise, le 9 courant, au "Centre Egypte 2000" pour une transplantation rénale.

A sa sortie du centre, huit jours plus tard, la jeune Fatima Zohra a ressenti une fatigue extrême, et après consultation de son médecin traitant, il a été décidé de la transporter dans un autre hôpital qui "ne dispose pas des équipements requis" pour le traitement de son cas, a-t-elle expliqué.

Devant la détérioration de l’état de sa fille et la négligence de son médecin traitant, elle l’a transportée dans un autre hôpital où elle est décédée, a ajouté Mme Bensghir, précisant que les médecins ont confirmé que le décès de la fille était dû à une hémorragie aiguë résultant d’une lésion artérielle rénale survenue au moment de l’opération, qui a coûté à la famille 40.000 euros (450.000 DH).

Suite à une demande de la famille, la jeune défunte a subi une autopsie avant le rapatriement de son corps vers le Maroc pour inhumation.
La famille a également déposé une plainte auprès de l’ordre des médecins égyptien où elle réclame une sanction à l’encontre des "responsables du décès de Fatima Zohra".

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *