Une manifestation non autorisée dégénère à Sefrou: 30 individus interpellés

Une manifestation non autorisée dégénère à Sefrou: 30 individus interpellés

Des incidents violents se sont produits dimanche matin à Sefrou, suite à un sit-in non autorisé organisé par l’AMDH pour protester contre la hausse des prix. Les manifestants, dont le nombre se situerait entre 2500 et 3000, s’étaient rassemblés à 11 heures du matin sur la place Bab Mrabbaâ, au centre-ville, à l’invitation de la section locale de l’AMDH à Sefrou. Ce sit-in faisait suite à trois précédentes manifestations organisées en l’espace d’une même semaine, dont une marche qui devait se diriger vers le siège de la préfecture de Sefrou à partir de la région de Bhalil, située à 5 kilomètres du centre-ville. Cette vague de protestations a atteint son comble dimanche quand, après le sit-in, ponctué de slogans dénonciateurs de la flambée des prix, les manifestans ont quitté la place en ordres dispersés pour se retrouver devant le siège de la préfecture. «A la fin du sit-in, les manifestants se sont montrés déterminés à poursuivre leur protestation. Ils se sont déplacés spontanément vers la préfecture de Sefrou, en proclamant des slogans contre le renchérissement de la vie», a affirmé à ALM le responsable de la section locale de l’AMDH à Sefrou, Khalid Fethi. Interrogé sur la teneur des slogans proclamés, il a répondu que ces slogans n’ont à aucun moment porté atteinte aux symboles de l’Etat. Ici, on dénonce l’alourdissement de la facture d’eau et d’électricité; là, on proteste contre la facturation de l’accès aux soins dans les services hospitaliers; ailleurs, on fulmine contre la hausse du prix de la farine.
La foule, qui était constituée d’hommes et de femmes, était visiblement surexcitée.  Un important dispositif de sécurité a été déployé pour juguler la foule déchaînée. Plusieurs témoins sur place ont fait état de jets de pierres contre les forces de l’ordre. Une provocation qui a poussé ces dernières à intervenir pour disperser les manifestants. C’est à ce moment que de violents heurts se produisent entre les forces de l’ordre et des manifestants débridés, obligeant les services de l’ordre à utiliser des bombes lacrymogènes.
Une grande débandade se produit au sein des manifestants, qui se sont dispersés dans différents endroits de Sefrou en s’en prenant violemment aux édifices de la ville. Des individus en profitent pour saccager des commerces et des établissements publics et privés. Les dégâts seront importants: un lycée saccagé (lycée Bir Anzaran), une agence bancaire endommagée, la façade d’une agence d’un opérateur téléphonique défigurée …
Un véritable gâchis ! Une trentaine de manifestants seront interpellés par la suite, dont quatre membres de la section de l’AMDH à Sefrou. Il s’agit d’Azeddine Menjil (commerçant), Badr Arafa (instituteur), Mohamed Kamal Lemrini (marchand) et Mohamed Hammouch (ancien président de la section de l’AMDH à Sefrou). Hier lundi, la situation semblait se rétablir à Sefrou. Des sources sur place ont fait  état de "retour au calme" après un dimanche très mouvementé.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *