Une opposition inactive selon Choubani

Une opposition inactive selon Choubani

Les parlementaires, et particulièrement ceux de l’opposition, ne seront certainement pas contents des propos de Lahbib Choubani au sujet du bilan de leurs activités. Très peu de propositions de loi, manque d’efficacité et d’efficience,…le ministre chargé des relations avec le Parlement, dans son rapport présenté en Conseil de gouvernement, a accablé les élus de toutes les tares. Pour l’heure, certes, il n’y a eu encore aucune réaction officielle mais, selon des sources au Parlement, des ténors de l’opposition monteront probablement au créneau dans les jours qui viennent. Mais la démarche du ministre Choubani est plus tendancieuse. Car, le PJD étant majoritaire chez les représentants, c’est théoriquement à l’opposition d’être plus active. Avec ses affirmations, le ministre en profite au fait pour signifier que l’opposition est devenue inactive depuis que son parti n’y est plus. Les élus de l’opposition ne vont certainement pas tarder à réagir sachant que beaucoup d’entre eux ont souvent reproché au ministre Choubani certaines pratiques comme par exemple ses interventions, pourtant non programmées, lors des séances des questions orales pour défendre tel ministre ou tel autre.

Lahbib Choubani pointe le rendement dérisoire des commissions parlementaires

Lahbib Choubani, ministre chargé des relations avec le Parlement et de la société civile, n’a pas manqué de critiquer le rendement des parlementaires en particulier en ce qui concerne leur travail législatif, mettant en cause l’efficience des commissions parlementaires et leur rendement en ce qui concerne le traitement des  propositions de lois. M. Choubani a révélé, jeudi dernier à la presse, à l’issue du Conseil de gouvernement que sur un total de 88 propositions de loi, seule une proposition a été votée par la première Chambre. Et d’ajouter : «Ce rendement dérisoire des commissions parlementaires relève de la responsabilité des députés eux-mêmes et non du gouvernement étant donné que le pouvoir d’initiative, de programmation, d’examen et de vote des ces propositions relève exclusivement du Parlement». Par ailleurs, en présentant ses chiffres, le ministre pjdiste n’a pas manqué de louer la vertu des députés PJD. Ainsi son rapport révèle que le groupe parlementaire du PJD est le premier en ce qui concerne le nombre de questions écrites avec 511 questions sur 1660 adressées au gouvernement, alors que le PAM se place avant dernier n’ayant présenté que 11 questions écrites.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *