Une relation fraternelle entre le Maroc et la Mauritanie

Le Premier ministre Abbas El Fassi a mis en exergue, mercredi soir, à Nouakchott, l’attachement de SM le Roi Mohammed VI à renforcer et à dynamiser les relations fraternelles et de coopération entre les peuples marocain et mauritanien. M. El Fassi, qui a représenté SM le Roi Mohammed VI à la cérémonie d’investiture du président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, a indiqué, dans une déclaration à la presse à l’issue de cette cérémonie, que le peuple marocain a suivi de près les élections présidentielles de juillet dernier en Mauritanie.
Il a souligné que ce scrutin a été, de l’avis des instances et organisations de défense des droits de l’Homme internationales, régionales et locales, honnête et transparent, et a abouti à un résultat crédible. M. El Fassi a également mis l’accent sur l’importance de la coopération existant entre le Maroc et la Mauritanie depuis plusieurs décennies, ainsi que sur les perspectives prometteuses de partenariat entre les deux pays. D’autre part, le Premier ministre a indiqué que le nouveau président mauritanien, dans son discours d’investiture, a évoqué plusieurs questions d’ordre politique, économique et social, et réitéré sa détermination à œuvrer avec les pays de la région pour l’édification du Grand Maghreb. La cérémonie d’investiture de Mohamed Ould Abdel Aziz s’était déroulée mercredi soir à Nouakchott, en présence de chefs d’Etat africains, ainsi que de plusieurs responsables et personnalités venus d’Afrique, du monde arabe et d’Europe et de représentants d’organisations et instances internationales. Pour rappel, Mohamed Ould Abdel Aziz a remporté l’élection présidentielle en Mauritanie qui s’est déroulée le 18 juillet dernier, en recueillant 52,58 % des voix. Selon le ministère mauritanien de l’Intérieur, le taux de participation a atteint 64,58 %. Le nouveau président mauritanien est né en 1956 à Akjoujt. Il a rejoint l’armée nationale en 1977.
Lauréat de l’Académie militaire de Meknès, il a gravi successivement les échelons de l’armée de terre. Il a été le fondateur de l’unité d’élite de l’armée, le bataillon chargé de la sécurité présidentielle (BASEP). Tacticien courageux, ses mérites, lors de la tentative de putsch du 8 juin 2003, lui valurent un avancement exceptionnel. Mohamed Ould Abdel Aziz était derrière l’idée de la réduction du mandat de l’organe législatif de la transition, de vingt-quatre à dix-neuf mois. C’est aussi lui qui a fait adopter le décret interdisant le comptage des votes blancs lors des élections présidentielles.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *