Vers l’unification des mouvements populaires

Aujourd’hui le Maroc : quel regard portez-vous sur l’état des lieux de la Droite dans l’opposition ?
Mohand Laenser : Comme tous les partis, le Mouvement populaire se porte assez bien. Nous n’avons pas de problèmes particuliers . Notre parti mène une vie normale, sans divergences gravés et continue de préparer pour les prochaines élections.
Quel est le dispositif mis en place par le parti pour les prochaines élections ?
Il faut dire que la phase dans laquelle nous vivons et travaillons est une phase de sensibilisation par excellence pour l’ensemlble des partis politiques, aussi bien à l’échelon national que sur les plans régional et provincial. Comme d’autres partis, le Mouvement populaire, procède, à l’heure actuelle, à un check-up lui permettant d’être au fait de ses qualités et points forts ainsi que de ses faiblesses. Dans l’optique de contourner le débat stérile portant sur le mode de scrutin, il y a lieu d’avancer que les changements les plus importants sont encore à venir, ou plutôt à attendre. En d’autres termes, en ce qui concerne la version définitive du mode de scrutin, il faut d’abord attendre les résultats de la prochaine réunion gouvernementale, car, même à ce niveau, il semblerait que l’accord sur le mode de scrutin de liste n’est pas encore acquis. Ensuite, il y a lieu d’attendre et de savoir si le Parlement va suivre le gouvernement et adopter son projet.
Pourrait-on connaître le programme que vous allez présenter aux prochaines élections?
A notre avis, il est encore prématuré d’apporter une réponse définitive à cette question étant donné que les commissions spécialisées du parti n’ont pas encore livré les résultats de leurs travaux.
Cela dit, il n’en demeure pas moins important de lever une équivoque touchant à ce problème. Une équivoque qui consiste à semer la confusion et à faire l’amalgame entre le mode de scrutin de liste et la présentation de programmes politiques ; et ce comme si dans le mode uninominal, les partis ne présentent pas de programmes (et ne l’ont jamais présenté lors des élections précédentes) ou comme si en Grande Bretagne, là où la démocratie est une partie prenante de la culture politique, les partis ne présentent pas de programmes aux élections.
Qu’en est-il de la question berbère dans votre programme politique, maintenant que SM le Roi a créé un institut chargé de cette question ?
Pour ce qui est du positionnement de la question berbère dans notre programme politique , il y a lieu de rappeler que nous avons toujours prôné la non politisation de cette question, étant donné la nature de ce problème et sa place dans la hiérarchie des préoccupations de l’ensemble du peuple marocain. Ceci dit, la création de l’Institut royal de la culture amazigh conforte notre position.
Enfin , qu’en est-il des alliances politiques de votre parti dans la perspective des prochaines élections ?
En ce qui concerne les coalitions envisagées pour les prochaines échéances électorales, nous réitérons notre attachement au Wifak et estimons que la Charte de cette coalition ainsi que ses structures sont ouvertes à toutes les tendances politiques libérales.
A cela, nous ajoutons que des contacts sont en cours en vue de l’unification de toutes les fractions du Mouvement populaire, y compris avec le parti de Mahjoubi Aherdane. Mais cela ne s’arrête pas là. Le RNI est aussi un parti avec lequel nous avons des points communs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *