Younes Skouri : «Le gouvernement est complexé par l opposition»

Younes Skouri : «Le gouvernement est complexé par l opposition»

ALM : Quel bilan dressez-vous du Parlement et de l’opposition durant l’année législative précédente ?  
Younes Skouri : Deux tendances se dessinent. Il y a d’une part la majorité parlementaire, celle-ci dispose d’un certain nombre d’atouts. Elle a accès à l’information avant les autres groupes parlementaires du fait de la proximité avec les ministres des mêmes partis. Elle dispose de toute l’expertise du gouvernement et de l’administration qui dépend du gouvernement. Mais malgré cela, l’action de la majorité parlementaire reste incohérente, il n’existe aucune solidarité entre ses composantes. Seul domine le gouvernement, qui n’a recours aux parlementaires que pour adopter de manière mécanique ses projets de loi. Ainsi la majorité n’a pas été orientée vers un débat public constructif et reste purement cantonnée à un jeu politicien qui ne sert en rien l’intérêt des populations. L’autre tendance concerne l’opposition, celle-ci  a manqué au début de son exercice parlementaire de mécanisme de coordination. Ceci a au fur et à mesure évolué afin de faire face à l’hégémonie du gouvernement. On a remarqué cela lors du conflit autour du temps de parole lors de la séance mensuelle d’interpellation du chef de gouvernement au Parlement. L’opposition n’a pas suffisamment de temps pour exposer son point de vue, c’est le chef de gouvernement qui monopolise le discours. L’opposition souffre du même manque de visibilité au niveau des chaînes publiques où c’est toujours le gouvernement qui domine.

Pourquoi le rendement de l’opposition reste-t-il en deçà des attentes?
Les parlementaires ont besoin de moyens, non pas d’indemnités. Dans ce sens, il faut qu’une expertise soit mise à la disposition des députés. C’est ce qui pourrait rehausser le niveau, afin que nos amendements et propositions de lois fassent l’objet d’études poussées, aboutissent et aient un véritable impact. Il faut aussi par des moyens innovants favoriser les actions de proximité des députés envers les populations.

Les droits de l’opposition peuvent être garantis par des lois ?
Les lois sont importantes mais elles sont toujours votées par un Parlement où le jeu politique fait que la majorité vote ce qu’elle veut. Et cette dernière a intérêt à étouffer l’opposition. A défaut d’avoir une stratégie et une visibilité, le gouvernement est complexé par l’opposition. Alors que comme l’a souligné le Souverain à l’ouverture du Parlement, l’édifice de la démocratie, des institutions qui serviront les générations à venir est une chance historique pour le nouveau Parlement. C’est dans ce sens que la charte d’honneur qui a une portée juridique et qui nécessite un consensus  est à même de hisser l’exercice de la mission des parlementaires et garantir le rôle de l’opposition.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *